^

Politique

Offensive sécuritaire

Loi « sécurité globale ». Une pétition recueille 600.000 signatures contre cette attaque historique

Alors que le projet de loi "Sécurité Globale” s'apprête à être examiné en commission et voté à l'assemblée, des pétitions signées par plusieurs centaines de milliers de personnes, s'opposent déjà à cette offensive sécuritaire et anti-démocratique historique, qui prévoit l'interdiction de diffuser les images de violences policières et s'attaque au droit de manifester.

samedi 7 novembre

La première pétition, lancée il y a 5 mois, s’opposait à une proposition de loi initialement déposée par le député de droite Eric Ciotti visant à limiter la diffusion des images des agents de police et punir « d’un an d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende le fait de diffuser […] l’image du visage ou tout autre élément d’identification » d’un policier ou d’un gendarme. A elle seule, cette pétition a recueilli 571 259 signatures montrant une forte opposition à la mise en place de cette attaque anti-démocratique.

La proposition de loi d’Eric Ciotti n’avait alors pas abouti mais les propositions qui la composaient ont été repris tout récemment dans le cadre du projet de loi “ sécurité global “ déposé par des députés macronistes cette fois. Celle-ci visent à interdire la diffusion d’image des forces de police et en particulier des violences policières, ainsi qu’à restreindre d’avantage le droit de manifester.
Pour s’opposer de nouveau à cette attaque antidémocratique sans précédent, une deuxième pétition a vu le jour. Elle a pour l’instant réuni 36 020 signatures.

La proposition de loi “Sécurité Globale”, bénéficiant d’une procédure accélérée demandée par le gouvernement, passera donc en commission dès la semaine prochaine et dès le 17 novembre en plénière permettant ainsi une possible adoption de la loi pour la fin du confinement. Ceci donc, pour donner plus d’outils au gouvernement et à sa police pour réprimer dans les quartiers populaires et les manifestations, alors que la colère grandit contre la gestion erratique de la crise sanitaire et les conséquences de la crise économique.

L’adoption d’une telle loi pourrait facilement faire advenir dans les périodes à venir, de nouveaux cas Georges Floyd sans que les auteurs puissent en être jamais punis alors que les témoins eux le seront, par le simple fait d’avoir voulu filmé pareille scène.

L’adoption d’une telle loi signifie donner carte blanche à la police pour réprime tous azimuts.

Transformer ces signatures en réel plan d’action

Ces pétitions permettent de visibiliser le problème, mais ce n’est pas par cette seule méthode que le gouvernement changera son cap autoritaire. Ce sont par des mobilisations concrètes, massives et un plan de bataille dur face à ces attaques que nous devons mener et réfléchir tous ensemble. Pour cela il faut pousser l’ensemble des organisations politiques et syndicales à dénoncer cette nouvelle attaque et à mettre sur pied un véritable plan de bataille contre les attaques sécuritaires et anti-sociales du gouvernement.




Mots-clés

Répression policière   /    Pétition   /    Répression   /    Politique