^

Jeunesse

Contre Blanquer, Philippe et Macron !

Lycéens contre l’autoritarisme : blocages et manifestation contre les E3C et le 49-3

Ce matin, la lutte contre les E3C continuait dans les lycées et s’accompagnait d’un appel à manifester à Paris contre le gouvernement. L’occasion pour les lycéens de revendiquer la fin du bac Blanquer, mais aussi de protester contre un gouvernement qui n’a répondu à leur mobilisation que par la répression et qui aujourd’hui, passe en force pour sa réforme des retraites à coup de 49.3.

mardi 3 mars

Ce 3 mars, une journée de mobilisation dans les lycées était appelée et ce alors que depuis la rentrée doivent se tenir les épreuves des E3C dans nombreux lycées - parfois pour la seconde fois alors qu’elles avaient dû être reportées. Selon le Twitter de la Coordination nationale lycéenne, ce sont notamment les lycées parisiens Victor Hugo, Louis Le Grand, Lakanal, Jacques Decour ou encore Romain Rolland à Ivry et Philippe Namour à Nîmes qui ont été bloqués.

Le Lycée Louis le Grand étant donc bloqué. Ce lycée avait d’abord été mobilisé sous l’impulsion de la grève de certains professeurs contre la réforme des retraites. Les élèves ont décidé de se mobiliser contre des réformes injustes et pour revendiquer un autre modèle de société, plus solidaire et émancipateur.

Un blocage s’est également tenu au Lycée Lakanal, très mobilisé depuis le début avec, à certain moments, un haut niveau de radicalité. La mobilisation est d’abord partie des élèves de prépa contre la réforme des retraites, avant d’être rejointe par les lycéens au moment des E3C. Ici, le mot d’ordre est clair : « NI E3C, ni 49-3 ! ». À Lakanal, la mobilisation a été souvent réprimée et les élèves dénoncent l’autoritarisme d’un gouvernement qui joue au bulldozer avec ses réformes.

Après les blocages, les lycéens sont allés manifester à Paris. Ils se battent contre un bac injuste, qui va avoir d’importantes conséquences pour leur avenir. Les lycéens ont décidé de se battre également contre la répression qui s’abat sur eux : gardes à vues, matraque et violences policières sont en effet très fréquentes sur les blocages.

Octave et David se battent tous les deux non seulement contre les E3C mais aussi en réaction à la mise en place du 49.3, un outil anti-démocratique qui permet au gouvernement de faire fi du rejet généralisé de ses politiques.

Cette jeunesse, on a cherché à la cadenasser. Mais elle refuse de se taire. La manifestation lycéenne a ainsi rejoint celle contre le 49.3. Les combats contre les E3C ou contre la réforme des retraites se rejoignent en un seul et même combat contre un gouvernement qui prouve chaque jour un peu plus qu’il ne sert pas les intérêts de la majorité de la population en passant outre les contestations de ses réformes anti-sociales.

Comme en 2016, une partie de la jeunesse dit clairement "non" à l’autoritarisme et réclame que la réforme soit soumise à la volonté de la majorité de la population, qui s’est prononcée contre la réforme à point et contre le 49.3. Les lycéens se sont ainsi placés en tête de la manifestation contre la Macronie.

Par cette mesure liberticide, le gouvernement prend le risque de réveiller les secteurs de la jeunesse encore réticents à se mettre en mouvement. Le caractère anti-démocratique du 49.3 se pose clairement en contradiction avec les aspirations de la jeunesse à plus de liberté, à changer cette société faite d’oppressions, d’exploitation et de destruction de la nature.




Mots-clés

baccalauréat   /    E3C   /    Mouvement des retraites 2019-2020   /    Mobilisation   /    Macronisme   /    Jean-Michel Blanquer   /    49.3   /    Emmanuel Macron   /    Lycées   /    Jeunesse