^

Politique

#PasDesCobayes

Macron et Blanquer à Poissy. Quand on n’a plus l’opinion, il reste la communication

A Poissy, en pleine salle de classe pour enfants de soignants, Macron et Blanquer sont venus faire un vrai « show pédagogique » pour profs, parents et maires récalcitrants à la réouverture des écoles le 11 mai. Dans les règles de l’art de déformer la réalité…

mardi 5 mai

 Crédit photo : AFP / Ian LANGSDON 

Les grandes chaines de télévision nous ont régalé : Macron, au secours du meilleur élève du gouvernement Jean-Michel Blanquer, tous deux balancés en pleine salle de classe de primaire. Une tripotée de bambins mi-impressionnés, mi-récalcitrants face aux deux croquemitaines masqués du gouvernement. Et quelques perles du direct…

Bas les masques sur le protocole d’hygiène

« C’est qui lui ? » Bas-les-masques. Emmanuel Macron retire son fichu bleu-blanc-rouge et affiche un sourire grimaçant. Les spectateurs tiquent. La leçon d’hygiène du président, pourtant, continue…. Un élève concentré sur ses dessins ignore manifestement Jean-Michel Blanquer qui tente le contact. Gros malaise. Il faut dire que le Maitre penché – à moins d’un mètre de sa table – l’assaille de questions : le postillon ministériel n’est pas loin, d’autant que, du masque qui glisse sur l’arrête nasale, pointe le haut des narines.

Au fond de la classe, un jeune trublion se lève de sa chaise pour attirer l’attention d’un camarade et le touche à l’épaule. Pas de chance pour le gouvernement : le moment d’innocence est capté, à l’image de toute ces séquences faisant l’évidence de l’impossible « distanciation sociale » en classe, par l’œil des caméras. Raillerie générale des réseaux sociaux.

Des enfants, pas des cobayes !

La décontraction du gouvernement n’est qu’apparente. En vérité, le gouvernement craint l’hostilité grandissante concernant la reprise des écoles. Celle des enseignants qui se mobilisent autour du #SansMoiLe11Mai et qui sont très déterminés à utiliser leur droit de retrait.

Mais aussi celle des parents : selon un sondage Harris interactive réalisé au lendemain des annonces d’Edouard Philippe sur le plan de déconfinement, 65% des personnes interrogées ne se disaient pas prêtes à envoyer leurs enfants à l’école. Les parents d’élèves sont plus de 75% en Seine-Saint-Denis à refuser d’envoyer leurs enfants à l’école selon un sondage de la FCPE. La première organisation des parents d’élèves a largement dénoncé la reprise « au volontariat », qui laisse la responsabilité aux parents d’envoyer leurs enfants à l’école et dédouane l’institution en cas de contamination. Une reprise largement à marche forcée puisque le président a souligné que les parents qui voudraient garder leurs enfants chez eux devraient envoyer à leur employeur un justificatif précisant que leur école ne peut accueillir leurs enfants.

L’autre front des mécontents vient des maires qui s’organisent contre les ouvertures d’écoles dans leurs communes. Plus de 300 maires en Ile-de-France ont signé une tribune s’opposant à la réouverture des écoles à marche forcée. Une fronde des maires, y compris issus de la droite, qui montre le fossé qui se creuse entre le macronisme et une partie de son électorat, révélant les grandes fragilités politiques du gouvernement.

L’opération déminage du gouvernement a été un fiasco : c’est la démonstration qu’il ne convainc pas et cherche, par tous les moyens, à avancer son programme.

Aux parents, enseignants de montrer, lundi 11 mai et les semaines qui suivront, que les solutions à la crise sanitaire doivent changer radicalement et qu’il faudra pour ça, le montrer, collectivement.




Mots-clés

Déconfinement   /    11 mai   /    Education nationale    /    Macronisme   /    Education Prioritaire   /    Jean-Michel Blanquer   /    Emmanuel Macron   /    Education   /    Politique