^

Politique

Covid 19

Macron parie sur nos vies : du vent sur le plan sanitaire, mais toujours plus de répression !

Face à une situation épidémique alarmante et l’avancée des différents variants, Jean Castex a annoncé le choix tranché par Macron à la suite d’un Conseil de Défense exceptionnel. En plus du maintien du couvre-feu, ce sera la fermeture des frontières et le renforcement des contrôles policiers. Pour notre santé, et pour faire face à l’avancée du virus, presque rien !

vendredi 29 janvier

Crédits photo : BENOIT TESSIER / AFP

Après plusieurs semaines de retard des annonces, Jean Castex a pris la parole ce soir, suite au conseil de défense avancé à 18h. La circulation du virus et de ses variants a obligé le gouvernement à prendre de nouvelles mesures. Après avoir annoncé en grande pompe la concertation très formelle des syndicats, partis politiques et partenaires sociaux, il semble que c’est Macron lui-même qui a tranché : il faut se donner « une chance ». Pas de confinement donc, mais aussi quasiment aucune mesure sanitaire suffisante pour faire face à la situation alarmante.

« Nous pouvons encore nous donner une chance d’éviter le confinement » a ainsi affirmé le premier ministre. Avant d’annoncer, en plus du maintien du couvre-feu à 18h, qui « ne freine pas suffisamment » le virus, la fermeture des frontières et le renforcement des contrôles policiers. Et le Rassemblement National s’en est même félicité, tout en pointant une forme de « tout ça pour ça » . Un revirement sur la forme du moins de Macron qui expliquait lui-même que « le virus n’a pas de passeport ». Pour justifier ce revirement, le justificatif sera évidemment tout trouvé : le variant, lui semblerait ... voyager plus que la souche originelle. Une justification qui ne tient pourtant pas puisque les variants circulent déjà largement en France.

En somme, face aux variants et à défaut de réelles mesures sanitaires, il s’agissait tout de même d’annoncer des mesures fortes : la fermeture accentuée des frontières déjà largement fermée pour les migrants et les réfugiées, voilà la première arme du gouvernement contre le virus !

Autre mesure phare de l’annonce de Castex, c’est la remobilisation des forces de police pour faire respecter le couvre-feu. Après « l’effet apéro » ce sont les « fêtes clandestines » qui sont rendues responsables de la reprise épidémique. « Les policiers et gendarmes seront mobilisés pour contrôler le non-respect du couvre-feu, fêtes clandestines et les ouvertures illégales de restaurateurs. Les contrôles seront renforcés », a ainsi déclaré le Premier ministre. En ajoutant : « Une consigne de particulière fermeté sera appliquée aux fraudeurs ». En somme, il s’agit de faire peser l’inefficacité du couvre-feu essentiellement sur la population. Encore une fois la responsabilité individuelle pour masquer la stratégie sanitaire catastrophique du gouvernement.

Mais la mesure phare sur le terrain sanitaire se trouve ailleurs : tout en se félicitant de sa soi-disant parfaite gestion de la vaccination, Castex a annoncé la fermeture des centres commerciaux de plus de 20 000 mètres carrés seront fermés et les jauges diminuées dans les commerces, pour éviter « le brassage ». Une mesure que le gouvernement cherche à justifier sur le plan sanitaire pour éviter tout débat entre « commerce essentiel » et « non essentielle » et éviter la colère des petits commerçants, qui ont pris de plein fouet la fermeture des commerces en novembre dernier, pour un résultat sanitaire quasi-nul. Pourtant, sur ce plan sanitaire lui-même, cette fermeture des centres commerciaux, semble totalement dérisoire au regard de la pression épidémique que 27 000 personnes sont hospitalisées et qu’un cas de Covid sur 10 en France pourrait venir du variant anglais. Là encore du vent sur le terrain sanitaire.

Résultat des courses donc, encore et toujours des mesures répressives, mais aussi « Le choix de la France » comme l’affirme un proche du président en référence à la fermeture totale des frontières.

En guise de stratégie sanitaire, le chef du gouvernement n’a pas eu grand-chose de très concret à annoncer. L’on peut noter cependant sa vaine tentative, pour le moins peu crédible de remettre au gout du jour la nécessité d’intensifier comme à chacun de ses discours la stratégie « tester alerter protéger » pour briser les chaines de contamination. Une musique déjà entendue qui ne convainc pas grand monde.

Pour synthétiser, le « pari sanitaire » de Macron, c’est encore plus de répression et toujours aucune mesure pour aider l’hôpital ou renforcer réellement la politique de test et de vaccination. Macron nous mène droit dans le mur ! Décidément, il faut véritablement reprendre nos affaires en mains ! Mobilisons-nous, sur les lieux de travail, et les lieux d’études pour œuvrer pour une stratégie de prévention qui soit fondée, non sur des mesures liberticides, mais sur l’alliance des soignants et de la population mobilisée, pour le respect collectif des « gestes barrières », le dépistage précoce et rapide, pour commencer à briser la circulation du virus. Dans le même temps, il s’agit de mettre en œuvre une stratégie de vaccination sure et efficace, ainsi que d’exiger immédiatement des moyens et des embauches pour l’hôpital publique. Nos vies valent plus que leur profits !




Mots-clés

Vaccin   /    Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Catastrophe sanitaire   /    Emmanuel Macron   /    Répression   /    Politique