^

Politique

Rien ne va plus à l’Elysée

Macron veut le recadrer, Villani lui chie dans les bottes

A ce niveau-là, ce n’est plus de l’irrespect. On s’imagine la scène : le président reçoit le mathématicien pendant une heure, à l’Elysée, ce dimanche, pour lui demande de se ranger derrière Benjamin Griveaux. Droit dans ses bottes, Villani lui répond qu’il peut aller se faire voir.

lundi 27 janvier

Crédits photo : DR

Macron avait assuré qu’il ne se mêlerait pas du scrutin municipal, soi-disant parce qu’il s’agit d’enjeux locaux. En réalité, le président n’a pas envie de s’impliquer dans un dossier électoral sur lequel LREM risque de se prendre une sacrée dérouillée. Et le climat de détestation alimenté depuis le début du mouvement de contestation du projet de contre-réforme des retraites ne risque pas d’améliorer la chose. Cependant, Macron a tout de même essayé de désamorcer la bataille fratricide qui se joue, dans son camp, autour de la candidature à la mairie de Paris et qui hypothèque très sérieusement les chances de la macronie dans la capitale, où LREM avait pourtant fait 30% au premier tour, en 2017.

Macron a donc pris une heure de son précieux temps jupitérien, dimanche, pour recevoir Cédric Villani, pour lui demander de se « rapprocher » de Benjamin Griveaux. Sans être dans le secret des dieux, on imagine aisément le deal qui était proposé : une jolie place sur la liste, juste derrière Griveaux, et une jolie place dans l’organigramme municipal, pour Villani et les siens, en cas de victoire. Du « gagnant-gagnant », pour parler en langage macronien.

Mais Villani est sorti de l’entretien plus remonté que jamais, se lançant même dans une déclaration fracassante, extrêmement insultante pour la figure présidentielle : « Aujourd’hui, j’acte une divergence majeure (…). Entre l’appartenance à un appareil politique et l’engagement pour la ville qui m’a fait, je choisis de rester fidèle aux Parisiens en maintenant ma candidature librement ». Entre la fidélité à un président qui l’avait fait député et sa petite aventure électorale qui ressemble fortement à un cambriolage en bonne et due forme de l’Elysée, Villani choisit la seconde option.

Selon un proche de Macron, cité par Le Monde, il s’agirait d’un « gigantesque bras d’honneur fait au président ». Les conseillers de la macronie ont le sens de la formule et de l’euphémisme. En langage courant, quelque peu vulgaire, certes, on appelle ça « chier dans les bottes ».

La décision de Villani relève de tout sauf du coup de tête, comme le voudraient certains. C’est le fruit d’un véritable calcul politique fait par une une girouette qui, en 2014, soutenait Hidalgo, en 2017 Macron, et en 2020, lui-même. Au-delà de ça, le manque de savoir-vivre et de politesse de Villani indique combien l’autorité de la présidence est mise à mal, y compris dans ce qui est censé être son propre camp. Pour quelqu’un qui ne voulait pas s’impliquer dans le débat municipal, voilà Macron servi… Mais il pourra toujours se consoler en relisant, avant de se coucher, l’avis du Conseil d’Etat sur sa réforme des retraites qui est, lui aussi, un autre exemple assez parlant de son autorité écornée.




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Macronisme   /    LREM   /    Anne Hidalgo   /    Paris   /    Emmanuel Macron   /    Politique