^

Politique

Le jeune « vieux-briscard »

Magouille au RN : Bardella soupçonné d’emploi fictif au parlement européen

Selon les journaux Challenges et Le Canard Enchainé Jordan Bardella, tête de liste du rassemblement national, est soupçonné d'emploi fictif au parlement européen.

jeudi 9 mai

Photo : Nicolas Liponne / NurPhoto

Selon Le Canard Enchainé, le porte parole du Rassemblement National, et tête de liste aux européennes, est soupçonné « dans un rapport de 2016 de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) d’avoir effectué “un usage irrégulier de l’indemnité d’assistant parlementaire” ». À deux semaines du scrutin, cette révélation vient éclabousser la tête de liste de l’organisation d’extrême droite, corroborant alors ce qu’affirmait en avril Challenges. Le journal affirmait alors que Bardella « a été l’assistant parlementaire de l’eurodéputé RN Jean-François Jalkh à mi-temps pour un coût total de 10 444 euros », alors que celui-ci était en même temps secrétaire départemental du parti, en France.

Son emploi au parlement était-il fictif ? C’est en tous cas l’avis du député européen Aurélien Legrand ex-Front National. À la question « Concernant Jean-François Jalkh, M. Jordan Bardella a-t-il réellement exercé des fonctions d’assistant parlementaire ? » posée par Le Monde, il répond : « Pour moi, non. Il s’agit d’une personne s’occupant de la communication de M. Philippot [ancien vice-président du FN]. Il n’est pas dans l’environnement de M. Jalkh et n’est pas sur des activités parlementaires mais plutôt dans les réseaux sociaux.  ». Loin d’être le premier scandale d’emplois fictif au FN-RN, Bardella est le dernier en date à se faire éclabousser par de telles révélations. Mais son organisation est en réalité visée par plusieurs enquêtes. Dans le dossier, 14 personnes sont d’ores et déjà mises en examen, dont Marine Le Pen.

Dans le contexte des Gilets Jaunes et de délégitimation de la « caste » politicienne, le jeune porte parole du RN cherche à se faire représentant d’un mouvement « antisystème ». Le retour de l’affaire des emplois fictifs fait tomber le masque, et rappelle que ce parti aux idées puantes est aussi une organisation qui n’hésite pas à se servir dans les caisses publiques pour les porter.




Mots-clés

Bardella   /    Rassemblement National   /    élections européennes   /    emplois fictifs   /    Union Europénne   /    Politique