^

Politique

Enquête Médiapart

Magouilles du RN en Normandie. Vers une nouvelle affaire d’emplois fictifs ?

En Normandie, le Rassemblement National élu au conseil Régional depuis 2015 derrière Nicolas Bay est soupçonné d'avoir profité des fonds de la Région selon une enquête de Médiapart et du média d'investigation normand LePoulpe.

mardi 8 juin

D’après une enquête parue ce mardi 8 juin sur médiapart en coordination avec le média Le Poulpe, le RN aurait utilisé des fonds publiques propres à la région ainsi que des locaux prêtés par la région pour financer et préparer des campagnes électorales. En effet, selon l’investigation des journalistes, Nicolas Bay, le chef de file du RN en Normandie, aurait employé en tout quatre collaborateurs, dont trois ne vivraient même pas en Normandie, qui sont en réalité ses proches et dont « le contenu de leur travail pose question tout comme l’utilisation des moyens de la collectivité ».

Si Nicolas Bay, également impliqué dans l’affaire des emplois présumés fictifs du FN au parlement européen, se défend et réfute les accusations, « plusieurs éléments -témoignages et documents- laissent planer le doute sur la réalité du travail régional des quatre collaborateurs ». En effet selon les témoignages d’autre élus FN, c’est Nicolas Bay qui décide unilatéralement et sans concertation du recrutement et du salaire de ces collaborateurs dont le travail est questionné. Ils officieraient « à la fois pour la région, mais aussi pour des campagnes électorales et l’animation de la fédération RN 76 » selon un élu témoignant pour le journal qui précise même que ces quatre collaborateur étaient très souvent absent lors des séances plénières du conseil régional.

Lionel Stiefel, élu RN en Normandie, explique à Mediapart que Stacy Blondel, collaboratrice embauchée par Nicolas Bay, « ne joue aucun rôle d’assistance aux élus du groupe », elle passerai d’ailleurs la plupart de son temps en région parisienne. De nombreux élus corroborent ce témoignage et affirment également n’avoir eu aucun contact avec Hugo Gagnieu et n’avoir vu « aucun signe du travail qu’il pourrait produire au conseil régionale » durant les cinq mois où il a travaillé comme assistant. De plus, Louis-Armand Béjarry, un autre des quatre collaborateurs, aurait « joué un rôle dans la dernière campagne des municipales en Normandie » selon l’enquête, ce qui est évidemment interdit comme le rappel justement Mediapart qui explique que ces collaborateurs ne sont « en aucun cas rémunérés pour faire de la politique, encore moins pour mener des batailles électorales ». A cela s’ajoute un présumé « usage irrégulier des locaux » dévoilé par l’enquête.

En bref, Nicolas Bay aurait donc détourné des fonds publics à des fins électorales et partisanes puisque ces collaborateurs et ces locaux sont subventionnés par le contribuable. Ce que révèle cette affaire c’est avant tout que le RN n’a rien d’un parti anti-système et est au contraire très bien intégré au système et aux institutions de la Ve République dont il tire profit en détournant de l’argent à des fins politiques.

Ainsi, derrière tout le discours anti-système du Rassemblement National, ce parti use en réalité des mêmes magouilles et manœuvres que le reste de la classe politique bourgeoise. En ce sens, le RN démontre une fois de plus qu’il n’est en rien une alternative aux partis libéraux qu’il dénonce, mais bien au contraire qu’il est un parti intégré au système anti-ouvrier et corrompu comme le reste de la classe dominante.




Mots-clés

Régionales 2021   /    RN   /    Marine Le Pen   /    corruption   /    Politique