^

Politique

SNCF et RATP

Malgré l’appel à la trêve de leur direction, plus de 15 sections UNSA appellent à poursuivre le mouvement

À la sortie des négociations avec Edouard Philippe ce jeudi, sans consulter la base, l'UNSA a appelé les cheminots grévistes à reprendre le travail en évoquant une « trêve » pendant les vacances. Mais de nombreuses sections ont décidé de ne pas respecter cet appel et de poursuivre la lutte.

vendredi 20 décembre 2019

Crédit photo : Radio France - Kopalkina Tatiana

À la sortie des négociations avec Edouard Philippe ce jeudi, l’UNSA a salué « l’esprit de dialogue » d’un gouvernement qui pourtant n’a rien lâché. Sans consulter la base, Laurent Escure, secrétaire confédéral de l’UNSA, a appelé les cheminots grévistes à reprendre le travail, en évoquant une « trêve » pendant les vacances – et ce sous prétexte que le gouvernement serait prêt à appliquer une clause du grand-père à la SNCF.

Il s’agit d’une véritable trahison étant donné que le mandat donné par la rue et les grévistes était clair : « en grève jusqu’au retrait ! » Avec le nombre impressionnant de grévistes et de manifestants, il est en effet incontestable que des milliers sont prêts à se battre, pas seulement pour conserver les régimes spéciaux, mais pour que tout le monde puisse bénéficier d’une retraite digne.

Ainsi, de nombreuses sections locales UNSA de la SNCF ont décidé de ne pas suivre les consignes de leur direction. France Bleu analyse que « le syndicat UNSA ferroviaire semble débordé par sa base » et ajoute que « c’est le cas en Dordogne et dans toute la Nouvelle-Aquitaine où il n’y aura pas de trêve des cheminots ». Laurent Brun comptabilise ces sections sur Twitter : Paris Sud-Est, Lille, Paris Nord, Bordeaux, Lyon, Toulouse, Montpellier, Rouen, Dijon, Limoges, Chambéry, Bretagne, Amiens, Strabourg : autant de sections qui appellent à rester dans la grève et à poursuivre la lutte. Dans un communiqué, l’UNSA Ferroviaire Paris Sud-Est mentionne également les Unions Régionales de Normandie, d’Occitanie et Paris Rive Gauche.

Ce communiqué mentionne : « Nous, militants et adhérents de terrain, refusons de plier face aux dirigeants de tous bords qui tentent de nous imposer leurs choix » et plus loin : « À l’heure où le peuple prend conscience du danger de cette réforme, nous ne pouvons baisser les bras et cesser la lutte ». L’UNSA Nord-Pas-de-Calais quant à elle, exprime sur Facebook sa détermination à « continuer le combat » sans trêve.

À la RATP également, l’UNSA décide, contre sa direction, de laisser les assemblées générales « souveraines, se positionner ». L’UNSA traction Paris sud-est a quant à elle exprimé sa position sur Twitter : « La grève appartient aux grévistes et aux AG. La trêve c’est la défaite. Nous arrêterons quand nous aurons gagné ! » L’UNSA RATP dans son ensemble interpelle, dans un communiqué, les confédérations parties « en vacances jusqu’au 9 janvier ».

La grève se poursuit donc dans plusieurs secteurs, menée par une avant-garde de salariés conscients qu’ils ne se battent pas seulement pour eux, mais pour l’avenir de leurs enfants, et pour l’ensemble du monde du travail et de la jeunesse, sont déterminés à continuer quoi qu’en disent les directions syndicales. Se pose de plus en plus la nécessité de s’organiser à la base en Assemblées Générales et de se coordonner entre les différents secteurs dans des AG inter-professionnelles, afin que la grève appartiennent réellement aux grévistes et pas à ceux qui vont négocier à Matignon ; et afin de construire une grève générale reconductible, bien loin de la stratégie perdante des « journées saute-mouton ». Il s’agit aussi, pour les autres catégories de la population, d’afficher notre soutien aux grévistes qui sont sous pression des médias, de la répression et parfois de leurs directions pour leur faire arrêter la lutte. Ce soutien peut s’effectuer directement sur les piquets de grève mais aussi financièrement, en donnant aux caisses de grève.




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Grève décembre 2019   /    Réforme des retraites   /    UNSA   /    Grève   /    RATP   /    SNCF   /    Politique