^

Notre classe

Marche des Solidarités

Malgré l’interdiction, plus de 10.000 manifestants à Paris pour exiger la régularisation de tous les sans-papiers !

La marche des solidarités annuelle avait été interdite en France au motif des règles sanitaires. Mais, les 195 associations et organisations qui ont appelé à la manifestation ont décidé de maintenir la marche. A Paris, les sans-papiers et leurs soutiens étaient au rendez-vous pour la première manifestation de lutte depuis la fin du confinement.

dimanche 31 mai

Crédit photo : Serge D’Ignazio

Hier ce sont plusieurs milliers de personnes qui ont envahi les rues de Paris pour la Maarche des Solidarités, pour la régularisation des sans-papiers et contre les violences policières. Ces milliers de sans-papiers, travailleurs immigrés, et leurs soutiens, ont défié courageusement l’interdiction de manifester de la préfecture en appelant à maintenir la marche en respectant les mesures de distanciation.

Les 195 associations, organisations syndicales et politiques à l’origine de la marche ont en effet dénoncé l’hypocrisie de la décision de la préfecture d’annuler la marche au motif du respect des mesures sanitaires, celle de l’interdiction de se réunir à plus de dix personnes, alors même que des centaines de travailleurs sont amenés à s’entasser dans les transports publics depuis le début de la crise sanitaire. Surtout, tous ces travailleurs immigrés, majoritairement sans-papiers, ont été ceux et celles qui ont dû continuer de travailler en première ligne ou ont été privés de leurs revenus précaires depuis le début de la crise. Le collectif de 195 associations et organisations veut alarmer sur le fait qu’ils sont aussi ceux qui sont victimes d’une « bombe sanitaire » dans leurs foyers, logements exigus, et de la répression dans les quartiers populaires qui a fait 12 morts depuis la mi-mars. Une répression policière qui est au cœur des débats actuels en France et à l’échelle internationale suite à la mort de Georges Floyd des mains de la police américaine.

Cette marche avait pour principale revendication celle d’exiger des papiers pour tous et toutes, une exigence minimale d’autant plus importante aujourd’hui pour les travailleurs immigrés qui subissent de plein fouet la crise sanitaire, économique et sociale qui va les exposer à une précarité accrue. « C’est un gouvernement éminemment raciste qui refuse de régulariser les sans-papiers. Les sans-papiers ont décidé de ne pas être invisibilisés » commente Omar Slaouti dans le direct de la marche de Révolution Permanente.

Face à cette marche, la réponse de la préfecture de Paris a immédiatement été celle de la répression pour tenter d’empêcher la manifestation de se tenir. La police a commencé par arrêter une cinquantaine de personnes à Madeleine et à Opéra, puis a chargé les cortèges. « C’est une hypocrisie abjecte d’un côté sans leur travail rien existe, rien est possible et de l’autre côté on les matraque, on nous matraque » réagit Ludivine Bantigny au micro de Révolution Permanente. Elle fait partie des personnalités qui étaient venues ce samedi soutenir les travailleurs sans-papiers.

Après la tentative des forces de l’ordre d’empêcher la marche, les travailleurs immigrés ont montré une détermination exemplaire pour maintenir et poursuivre leur marche en dépit de cette répression qu’ils subissent dans leur quotidien. Une lutte qui prend place alors que les travailleurs agricoles se sont récemment mobilisés dans le Sud de l’Espagne et de l’Italie pour obtenir leur régularisation. Un combat qui ne fait que commencer pour que ce ne soit pas aux plus précaires, aux plus discriminés de payer la crise et que le droit de lutter, de manifester, est un droit qui se conquiert !

Les personnes qui ont été arrêtées à Madeleine et Opéra ont été libérées dans l’après-midi sauf une seule. D’autres ont surement été interpellées à République, comme cela est indiqué par les organisateurs de la marche. Nous exigeons la libération de toutes et tous, et l’abandon de toute poursuite ainsi que des OQTF (obligation de quitter le territoire français) !




Mots-clés

Anti-racisme   /    mouvement ouvrier   /    Racisme   /    Immigration   /    Sans-papiers   /    Notre classe