^

Monde

Affaire de la journaliste anticorruption assassinée à Malte

Malte : Accusé d’ingérence dans l’enquête, le Premier Ministre poussé à la démission

Accusé d'ingérence dans l'enquête sur l'assassinat barbare de la journaliste d'investigation Daphne Caruana Galizia, le Premier Ministre de Malte a annoncé ce dimanche qu'il allait démissionner, emporté par la vague de contestation sur l'île. Mais pas avant le 12 janvier prochain...

lundi 2 décembre

C’est dans une intervention à la télévision que Joseph Muscat, Premier Ministre de Malte depuis 2013, a annoncé sa démission au 12 janvier prochain. Le temps que soit désigné son successeur. Une décision qui fait suite à d’importantes accusations d’ingérence le concernant dans l’enquête sur l’assassinat de la journaliste d’investigation Daphne Caruana Galizia en octobre 2017, laquelle était connue comme une farouche opposante au régime.

À l’époque la journaliste, à l’origine notamment des révélations des Panama Papers concernant l’île de Malte, enquête sur deux proches de M. Muscat et avait trouvé des documents les reliant à des sociétés panaméennes. Après avoir été menacée de mort, elle était finalement assassinée par une bombe placée sous sa voiture le 16 octobre 2017. Devant cette grave atteinte à la liberté d’expression et la liberté de la presse, le Premier Ministre promet alors de ne pas abandonner l’enquête « jusqu’à ce que justice soit faite ».

Or deux ans plus tard, cette même enquête s’oriente vers des proches du Premier Ministre et même des membres du gouvernement. Arrêté puis mis en examen, Yorgen Fenech – l’un des hommes les plus riches de Malte – a désigné le chef de cabinet du Premier Ministre, Keith Schembri, comme le commanditaire de l’attentat. C’est ce même M. Schembri, ainsi que le ministre du Tourisme, Konrad Mizzi, dont les noms apparraissaient dans les enquêtes de la journaliste deux ans plus tôt. Les deux hommes ont démissionné la semaine dernière.

Devant ces révélations, de nombreux appels à la démission du Premier Ministre ont émergé, et dimanche ce sont plusieurs milliers de personnes qui sont descendu dans les rues de La Valette, la capitale. Une manifestation menée par la famille de la journaliste derrière une banderole exigeant « Justice », avec pour slogan « Mafia assassins » ou « Daphne avait raison ».

La famille de Daphne Caruana Galizia réclame une enquête contre le Premier Ministre

Mais, alors que Joseph Muscat restera tout de même en poste jusqu’au 12 janvier prochain, la famille de Daphne Caruana Galizia n’a pas l’intention d’en rester là et exige d’obtenir justice. Elle demande l’ouverture d’une enquête contre le Premier Ministre, soupçonné d’entraver l’enquête pour protéger son ex-chef de cabinet.

« Ce matin (lundi) nous avons demandé à la justice, dans le cadre de ses prérogatives constitutionnelles concernant le Premier ministre, de mettre un terme à son implication dans l’enquête sur le meurtre et l’enquête publique. » Voilà ce qu’a écrit sur son compte Twitter l’un des fils de la journaliste, Paul Caruana Galizia.

Et ce alors que le Premier Ministre a toujours clamé sa volonté de mener l’enquête à bien lui-même, affirmant une nouvelle fois lors de son intervention de dimanche avoir tenu parole en faisant en sorte que l’enquête soit menée sous son contrôle et précisant : « nul n’est au-dessus de la loi ». Cela tombe bien : Paul Caruana Galizia ajoute avoir demandé à la justice de placer Joseph Muscat « sous enquête pour rendre publiques et préserver les preuves ». Une nouvelle manifestation réclamant son départ immédiat devait se tenir ce lundi soir à La Valette.




Mots-clés

Monde