^

Politique

Marche des Libertés : tous dans la rue samedi contre les lois liberticides !

Après l'expulsion violente des réfugiés à République lundi et la révélation de l'agression subie par Michel Z., producteur de musique, les vidéos de policiers ont démontré à nouveau leur importance majeure, mettant le gouvernement à la défensive. Pour le faire reculer, il faudra du rapport de forces et cela commence par être massifs samedi lors des marches des libertés !

vendredi 27 novembre 2020

Crédit photo : O Phil des Contrastes

Depuis le 17 novembre dernier, plusieurs milliers de personnes se sont mobilisées contre la Loi Sécurité Globale et les lois liberticides. Une dynamique suffisante pour mettre le gouvernement à la défensive après la révélation de violences contre des journalistes. Mais, cette semaine, deux événements sont venus approfondir la défiance contre le gouvernement et la colère contre son ordre policier : l’expulsion violente de réfugiés Place de la République lundi et la révélation des vidéos du tabassage de Michel, producteur de musique, par plusieurs policiers.

Pour autant, le gouvernement continue de chercher des issues, en ressortant la rhétorique éculée des "brebis galeuses", ou en proposant une réécriture formelle de l’article 24 qui notera rien à son caractère liberticide. Surtout, dans le même temps, il durcit la loi séparatisme d’un article 25 qui pourrait lui aussi permettre d’attaquer les journalistes diffusant des images de violences policières. La pression de l’opinion est importante, mais c’est le rapport de forces qui permettra de le faire reculer.

Un rapport de forces qu’il convient de construire en élargissant le mouvement, par la revendication du retrait de toutes les lois liberticides, de la loi sécurité globale à la loi séparatisme. En ce sens les quartiers populaires qui subissent le racisme d’Etat et sont les premières victimes des violences policières ont un rôle important à jouer dans la mobilisation. De même, en tant que le gouvernement menace le droit de manifester avec ses dispositions de la loi de sécurité globale visant la surveillance en temps réel des manifestations, le mouvement ouvrier devrait jouer un rôle central pour faire tomber le projet de loi, notamment en mobilisant les méthodes de la lutte de classe.

Dans l’immédiat, la construction de ce rapport de forces par la réussite des [manifestations de samedi qui auront lieu partout en France-https://france.attac.org/agenda/article/marche-des-libertes-contre-les-lois-liberticides-ou-et-comment-se-mobiliser], de Paris à Lille en passant par Montpellier, Strasbourg, Orléans, Bordeaux, Marseille, Rouen, Dijon, Lorient. Il faudra y être massifs pour exprimer noter colère et revendiquer le retrait des lois liberticides !




Mots-clés

Loi sécurité globale   /    Répression policière   /    Police   /    Manifestation   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique