^

Monde

Répression

Maroc. Nasser Zefzafi, et 40 autres opposants condamnés de 1 à 20 ans de prison

Nasser Zefzafi ainsi que 40 autres personnes du Groupe Hirak el Chaabi, important mouvement de contestation populaire dans le Rif, ont été condamnés à des peines allant de 1 an à 20 ans de prison ferme.

jeudi 11 avril

Crédits photo : afp.com - FADEL SENNA

Un mouvement qui a débuté en octobre 2016 après la mort de Mouhcine Fikri, un vendeur de poisson, mort broyé dans une benne à ordures où il tentait de récupérer sa marchandise confisquée et jetée par la police.

Nasser Zefzafi s’illustre par ses discours qui dénoncent l’autoritarisme du régime marocain, régime corrompu et arbitraire. Les manifestations prennent de l’ampleur, et pour étouffer l’embrasement de la révolte, le régime marocain fait en sorte d’arrêter les chefs de file de cette contestation populaire le plus rapidement possible.

Les procès qui s’ensuivent sont tout aussi bâclés. Zefzafi a été torturé pendant son interrogatoire, précise Amnesty International. Il a refusé de se présenter au tribunal où sera prononcé sa sentence ; il écopera de 20 ans de prison. L’ensemble des inculpés ont boycotté le jugement qui de toute façon n’était pas équitable.

Suite à ce jugement, Nasser Zefzafi s’est cousu la bouche. Un geste fort et empli de désespoir pour dénoncer l’absence de liberté de manifester, de contester, au Maroc.

« Hiya kelma wahda, had dawla fassda » (« En un seul mot, cet Etat est pourri ») est le slogan célèbre scandé dans les manifestations Rifaines. Un combat pour la justice qui commence par réclamer la liberté de vivre dignement.




Mots-clés

Maroc   /    Monde