^

Politique

On oublie pas, on pardonne pas

Marseille. Marche blanche pour Mehdi, tué par la police

Vendredi dernier, Mehdi Bourogaa à été tué par la police. Une semaine plus tard, la famille de Mehdi, en lien avec les habitants de la maison blanche le samedi 22 février, pour exiger justice et vérité.

samedi 22 février

Une marche blanche, à 11H au départ de la cité du 14eme arrondissement de Marseille en hommage à Mehdi et pour rétablir les faits. Car en toute impunité, la version officielle est fortement contredite. Le parquet déclare : « un fonctionnaire de police a ouvert le feu à plusieurs reprises après avoir été lui-même, puis un de ses collègues, mis en joue par un des malfaiteurs armé d’un fusil  ». Le collectif Maison blanche a pu démontrer par des témoignages des nombreux témoins la version du parquet. Medhi à été menotté et roués de coups par la BAC marseillaise.

Des habitants en deuil, et le sénateur RN Stéphane Ravier, qui « félicite ces homme de la bac  » en prônant la légitime défense des policiers. Face un tel mépris, les habitants de la cité et les proches Mehdi réclament que justice soit faite.

Le collectif Maison blanche, fondé après la mort d’une enfant dans un immeuble qui s’est effondré, s’organise contre l’insalubrité et la violence et appelle à la marche pour « apporter du réconfort à la famille ». Le collectif avait organisé une marche le lendemain qui avait réuni la famille, des habitants du quartier mais aussi des soutiens venus d’ailleurs en hommage à Mehdi.

La presse locale, la Provence, prétend « qu’une soixantaine d’habitants s’en prennent à l’hôtel de police ». Le collectif rétablit la vérité sur Facebook.

.

Sur la banderole on peut y lire un hommage « Justice pour Mehdi » mais aussi « On oublie pas Zineb » car Mehdi n’est pas la première victime de la police. Zyed, Bouna, Théo et Adama , comme le disait Milfet, la fille de Zineb Redouane « un crime qui reste impuni est une permission pour d’autres crimes ».

La Maison-blanche, quartier situé au nord de Marseille est en première ligne de la Violence de l’Etat, policière, judiciaire et sociale, pour réclamer justice et riposter, les habitants s’organisent entre eux. Nair, fondateur du collectif raconte que l’équipe de campagne de Samia Galhi et de la France insoumise tiennent à être présent à la marche, Nair n’y voit pas d’objection, mais sous conditions car « On connaît leurs discours, ce sont leurs actes que l’on a plus de mal à reconnaître. » dit-il au journal La Marseillaise.. Les habitants de Marseille savent qu’ils ne peuvent compter que sur leur propre organisation car ils font face à des scandales d’insalubrité qui s’empilent.

Pour couvrir les frais d’enterrement et des procédures administratives, la famille de Mehdi à lancé une cagnotte, que relaie ici le collectif Maison blanche.

« Samedi, 11h, nous serons à la marche blanche pour Mehdi au départ de Maison-blanche. Un quartier populaire touché, c’est tout Marseille qui est endeuillé ! » déclare le collectif du 5 novmebre sur Facebook.

.

Car il n’est plus possible que la police mutile, tue et éborgne sans cesse et sans justice. Marchons ensemble pour Mehdi.




Mots-clés

Répression policière   /    Quartiers populaires   /    Adama Traoré   /    Marseille   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique