^

Politique

Scandale de Santé publique

Marseille : la mairie au courant de la pollution au chrome depuis 2013

Le 29 janvier dernier, la présence inquiétante de Chrome 6 dans les eaux du quartier Saint-Louis était révélée. La pollution de ces eaux, utilisées quotidiennement par des milliers de personnes, était connue de la mairie depuis déjà près de 7 ans.

mercredi 19 février

Au cœur du 15ème arrondissement de Marseille, dans le quartier Saint-Louis, l’entreprise de traitement des métaux Protec Métaux d’Arenc fonctionne à plein régime. L’entreprise a été au cœur d’un scandale de salubrité publique en 2013 lorsque l’une des cuves de la compagnie a déversé son contenu dans le sol, et a fortement intoxiqué la nappe phréatique avec du Chrome 6. Ce produit est fortement toxique et a des effets cancérogènes, sa présence dans la nappe phréatique est supérieure d’entre 500 à 1000 fois les seuils autorisés et viables. Ce qui pose un souci de santé publique évident.

Alors que le 5 novembre 2018, deux immeubles rue d’Aubagnes’effondraient et faisaient 8 victimes, du fait d’une logique de gentrification du centre ville depuis des années et d’abandon des quartiers populaires, la mairie fait une nouvelle fois preuve de son ingérence avec ce scandale d’intoxication des eaux. En effet, la mairie aurait été au courant depuis 2013 de la gravité de la pollution de l’eau au chrome mais n’en a prit acte qu’en 2019, par une simple annonce à la population sans mesure d’urgence.

Ce scandale qui arrive en pleine campagne des municipales a de quoi ternir l’image de l’actuel maire, Jean-claude Gaudin, qui refuse d’ailleurs de répondre aux médias explicitement sur le sujet. Dans une volonté de réduction permanente des dépenses publiques, de gentrification et de délogement des familles populaires, les instances de direction régionale et municipale mettent ouvertement en danger la vie des habitants de ces quartiers. A l’inverse, la complaisance envers l’entreprise pollueuse Protec Métaux d’Arenc, met en lumière les choix politiques de ces instances qui privilégient la santé économique d’une compagnie pollueuse plutôt que la santé des habitants, une politique guidée par la course aux profits qui fait échos au scandale de Lubrizol.




Mots-clés

Catastrophe écologique    /    Scandale Lubrizol   /    Marseille   /    Ecologie   /    Politique