^

Politique

La mobilisation ne faiblit pas

Martinique : grève majoritaire et giletjaunisation des enseignants

La mobilisation contre les E3C et la réforme des retraites est particulièrement forte en Martinique où le mouvement entre dans sa quatrième semaine de mobilisation. Les enseignants et enseignantes ne lâchent rien et se mobilisent sur les rond-points.

jeudi 13 février

La contestation sociale en Martinique fait feu de tout bois et dénonce en bloc aussi la réforme des retraites que les E3C et par là même l’école telle que Blanquer la conçoit. Les enseignants de l’île multiplient les actions en tout genre et maintiennent un fort degré de mobilisation et de détermination. À ce jour, ce sont 90 à 95% des établissements scolaires dans le secondaire qui sont fermés en raison de la mobilisation contre la réforme des retraites.

Entre les opérations escargots, les journées école morte ou l’arrêt des cours pendant toute une semaine dans les collèges et lycées, le registre des actions menées par les profs s’impose par sa radicalité à tel point que Blanquer a envoyé des inspecteurs pour négocier l’arrêt du mouvement auprès des syndicats, preuve que le mouvement porte ses fruits. Comme il se doit, un comité d’accueil déterminé était présent pour les recevoir de manière combative. Valérie Vertale-Loriot, représentante du SNES-FSU en Martinique, affirme avec fermeté que « le gouvernement doit retirer sa réforme de retraite et revoir sa copie concernant celle des lycées ».

Le même jour, deux députés martiniquais ont également été reçus par Jean-Michel Blanquer et ont obtenu, au même titre que les Guadeloupéens, le report des épreuves et la suspension des suppressions de postes pour la rentrée 2020. Suite à ces annonces ainsi qu’à leur rencontre avec les inspecteurs généraux et alors que le gouvernement a annoncé le renforcement des effectifs de police sur place, l’intersyndicale martiniquaise a répondu en appelant à maintenir la pression et à amplifier la mobilisation.

On ne compte plus les banderoles dénonçant les E3C, l’école Blanquer ou encore la réforme des retraites qui fleurissent devant les établissements et maintenant sur les rond-points de l’île où les enseignant.e.s ont décidé, à l’exemple des Gilets jaunes, de visibiliser leur mouvement et d’interpeller la population. Au rond-point de l’aéroport du Lamentin, les manifestants ont réalisé une chaîne humaine et distribué un tract pour visibiliser leur lutte.

Les communiqués des différents établissements font état d’une situation intenable qui révolte les personnels de l’éducation nationale au plus haut point. À la cité scolaire de la Pointe-des-Nègres, les enseignant.e.s affirment être mobilisé contre « l’insécurité existentielle » que créent les réformes du gouvernement, à commencer par la réforme des retraites. L’école Blanquer est également fustigée et le communiqué en appel à la force du « précariat » qui pourrait « provoquer un séisme politique » s’il prenait conscience de ses intérêt et de sa puissance.

Les enseignants de Martinique montrent une détermination totale face au gouvernement et semblent prêts à entretenir un rapport de force jusqu’au retrait des réformes du gouvernement.




Mots-clés

E3C   /    Education nationale    /    Gilets jaunes   /    Réforme des retraites   /    Jean-Michel Blanquer   /    Education   /    Politique