^

Politique

Mayotte. Reconfinement pour 3 semaines, conséquence d’une gestion coloniale de la crise sanitaire

La propagation de l'épidémie a explosé entre les mois de janvier et février à Mayotte. La gestion impérialiste et la mauvaise stratégie sanitaire de l'État français, le manque criant de moyens à l’hôpital, les conditions de vie indignes d'une partie de la population sont parmi les causes du reconfinement pour au moins 3 semaines déclaré ce jeudi par Jean Castex.

samedi 6 février

Crédits photo : AFP

Ce jeudi 4 février, Jean Castex a annoncé que l’Ile de Mayotte serait reconfinée ce vendredi 5 février à partir de 18h, alors que trois communes étaient déjà confinées (Boueni, Pamandzi et Dzaoudzi-Labattoir). La situation sanitaire du département est plus qu’inquiétante avec une augmentation du taux d’incidence, entre janvier et février, de 50 à 440 pour 100 000 habitants. La présence des variants britannique et sud-africain ont joué un rôle important dans cette explosion du taux d’incidence. La réponse gouvernementale est donc de reconfiner l’île entière, rejetant y compris la faute sur l’immigration depuis les îles voisines (principalement les Comores) et prenant donc des mesures sécuritaires et policières importantes comme le souligne à FranceInfo Ramlati Ali, députée LREM à Mayotte : « Le préfet nous a annoncé que des moyens supplémentaires ont été alloués par le gouvernement, à savoir une surveillance plus accrue, la Marine serait dans les parages pour surveiller les frontières, qu’il y aurait des moyens de surveillance aérienne ».

Si le reconfinement paraissait inévitable c’est surtout une conséquence de la gestion coloniale de l’île par l’Etat français tant sanitairement que socio-économiquement. En effet, la situation socio-économique des Mahorais est un facteur d’aggravation très important puisque une grande partie de la population vit dans une indigne précarité qui fait que, par exemple, les logements sont souvent remplis par de nombreux membres d’une famille, tous âges confondus, avec en moyenne quatre personnes pour deux pièces à vivre. Selon l’Insee, en 2017, c’est près de 25% de la population qui vit dans des logements en tôle ou en bois, de même 29% de la population n’avait pas accès à l’eau courante. De manière générale, c’est 84% de la population de Mayotte qui vit sous le seuil de pauvreté ce qui montre clairement que l’appellation « département » ne vise qu’à masquer une réalité coloniale jamais disparue.

Cette situation coloniale de l’île est particulièrement visible en ce qui concerne les services de santé. Selon l’ARS, le 3 février, l’hôpital de Mayotte comptait 75 hospitalisations au total et 15 personnes dans les services de réanimation. La situation est effectivement critique puisque, toujours selon l’ARS, l’hôpital n’est doté que de 16 lits en réanimation et cela pour environ 270 000 habitants sur l’île ! Dhoifiri Darmi, secrétaire générale FO de l’hôpital souligne à FranceInfo que « Les agents sont à bout. Surtout ceux de la réanimation et des urgences, nous n’avons pas assez de bras. ». Cela est du selon lui à « un problème de fond à Mayotte : ici on ne forme que 45 infirmiers par an. Du coup, ça ne répond pas du tout à la taille de la population. »

Considérée comme département français, la situation objective des habitants de Mayotte est pourtant loin des standards métropolitains, conséquence directe du passé colonial de l’île et renvoyant à la gestion impérialiste par la France du territoire. Une gestion catastrophique de la crise sanitaire, qui pousse des familles entières à se reconfiner dans des logements exigus et indignes. La campagne vaccinale, déjà scandaleuse en métropole, est elle aussi très retardataire avec seulement 3510 vaccins disponibles sur l’île le 2 février dernier. Il est central de revendiquer un accès à suffisamment de doses de vaccins, notamment par la fin des brevets des grands laboratoires pharmaceutiques et de la propriété privée des secteurs de la santé ; ainsi que de lutter pour un accès égal pour tous aux vaccins et à des conditions sanitaires dignes !




Mots-clés

Reconfinement   /    Covid-19   /    Mayotte   /    Impérialisme   /    Politique