^

Politique

Communiqué

"Même les chiens ne voudraient pas dormir ici". La mairie de Montreuil "loge" les Gilets noirs dans un hangar

Nous relayons ci-dessous le communiqué des habitants sans papiers du Foyer Bara de Montreuil, en lutte pour un logement pour tous face aux conditions de vie indécentes et au mépris de la Mairie.

lundi 4 novembre

Au maire de #Montreuil Patrice Bessac : « Nous reclamons nos droits ! »‬

‪Les habitants sans papiers du #FoyerBara en lutte manifestent actuellement devant la mairie et ne lâcherons rien 👊🏿‬

‪❗️Rejoignez-nous maintenant ❗️‬

“Nous, les sans papiers de la rue Bara qui avons été logés par le Maire de Montreuil il y a 1 an au bâtiment de l’AFPA et expulsés par les CRS le mardi 29 octobre à 4h du matin. Nous sommes dans la rue depuis une semaine. Depuis que l’expulsion a eu lieu nous n’avons pas vu le Maire ni sa parole.

Nous disons que le Maire a battu un record en nous proposant le hangar au 138 rue de Stalingrad et en nous disant que ce logement était une bonne solution. Il a mis 90 lits dans une seule chambre. Record battu. Il a mis 274 personnes dans cette chambre avec seulement 2 toilettes. Record battu. Et tout ça, sans douche ni salle de bain. Record battu. L’électricité est mal protégée. En cas d’incendie c’est un cimetière. Le toit fuit, quand il pleut l’eau coule dans nos lits. Tous les médecins de Montreuil doivent se préparer, car dans ce hangar qui est comme un hangar pour les moutons, tout le monde va tomber malade. On respire pas de l’oxygène mais du gaz carbonique. Beaucoup d’entre nous dorment par terre, même les anciens, car ils n’ont pas de papiers. Il n’y a pas de fenêtre pour la lumière ou pour respirer. Nous ne sommes pas satisfaits de cette solution pour le logement. Même les chiens ne voudraient pas dormir ici.

Les délégués actuels qui parlent avec la Mairie ne sont pas des chefs. Ils sont les chefs de ceux qui ont des papiers, ils ne représentent pas les sans papiers. Nous, les sans papiers, voulons décider pour nous mêmes. Nous les sans papiers, nous les sans logements, on veut parler directement au Maire, sans intermédiaire. Notre combat n’est pas que celui des maliens : il y a aussi des sénégalais, des mauritaniens, des guinéens, des ivoiriens. Depuis qu’on a commencé le combat, le consulat malien n’est jamais venu nous voir et n’est au courant de rien. Le Ministre des Affaires étrangères du Mali est venu nous voir dans ce bâtiment. Il est venu pour féliciter la Mairie et dire que ce bâtiment était une bonne solution. Nous l’avons chassé et avons refusé sa parole, car ils ne représentent pas les maliens qui souffrent en France. L’ambassadeur, le consul et le ministre des affaires étrangère sont les premiers facilitateurs des déportations des maliens. On ne les écoute pas car ils collaborent avec la France qui est un Etat raciste. Eux, ils viennent passer leurs vacances en France dans des hôtels 5 étoiles, et c’est nous qui souffrons.
Monsieur le Maire, nous réclamons nos droits. Vous nous mettez dans un hangar, vous nous obligez à rester dedans, vous nous menacez d’appeler la police, et vous nous agressez même physiquement ainsi que les soutiens qui sont dans notre combat. Les délégués menacent les sans papiers et essayent d’empêcher que nous fassions un rassemblement devant la Mairie, comme si on avait pas le droit de réclamer nos droits.

Liberté, Egalité, Fraternité. Où est notre liberté dans ce logement qui est pire qu’un Centre de Rétention ? Vous, vous vivez dans votre château, où est l’égalité ? On aura l’égalité et la fraternité quand on aura des papiers et des logements pour tout le monde.

Nous demandons que le Maire descende de sa mairie pour parler avec tout le monde. Nous ne voulons pas qu’une délégation soit reçue, c’est le Maire qui doit venir parler devant tout le monde, que tout le monde l’entende. On ne veut pas d’intermédiaire ou de porte-parole car nous avons une mauvaise expérience des délégués.

On refuse aussi de parler avec les adjoints qui nous ont trop menti en français ou en bambara et qui nous ont trop parlé pour nous diviser, nous manipuler et nous enlever nos droits. Nous voulons parler uniquement au Maire, Patrick Bessac. On ne bougera pas tant que nous n’aurons pas vu le visage du Maire et entendu sa parole, pour qu’il trouve un autre bâtiment dans sa ville. Il y a beaucoup de logements vides et disponibles dans sa ville. Nous voulons des papiers et des logements pour tous. Nous ne voulons pas discuter ou négocier, car tout est clair dans notre lettre. Nous voulons simplement une réponse en pratique. Nous demandons un engagement écrit, signé et tamponné par la mairie pour qu’il nous trouve, dans un délais de 3 jours :
Un logement digne pour les 274 personnes, avec des cuisines, des salles de réunion, un peu d’intimité, suffisamment de toilettes et de douches.
Si le délais n’est pas respecté, nous réagirons autrement.

PAPIERS ET LOGEMENTS POUR TOUS-TES
Les habitants sans papiers du foyer Bara en lutte.”




Mots-clés

Gilets Noirs   /    Logement   /    Sans-papiers   /    Politique