^

Politique

Président des riches

Menace d’« allocation suspendue » : Macron déclare la guerre aux chômeurs dans son allocution

Lors de son allocution, Macron s’est livré à une véritable déclaration de guerre aux chômeurs. Revendiquant sa réforme de l'assurance-chômage, le Président a embrayé : « les demandeurs d’emplois qui ne démontreront pas une recherche active verront leur allocation suspendue. »

mardi 9 novembre

L’allocution d’Emmanuel Macron ce mardi soir était l’occasion de brasser de nombreux sujets, et de réaliser un bilan des attaques sociales de son quinquennat. Parmi celles-ci, Macron s’est notamment livré à une véritable déclaration de guerre aux chômeurs.

Reprenant les mots du MEDEF, Macron a commencé par évoquer une pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs qui « heurte le bon-sens ». Un constat fallacieux qui a permis au Président de revendiquer sa réforme de l’assurance-chômage permettant soi-disant de faire « que travail paie plus que l’inactivité. »

A partir de décembre, il faudra avoir cotisé « six mois » et non plus « quatre mois » s’est-il ainsi félicité à propos de cette attaque d’ampleur. Mais à l’énonciation de cette contre-réforme, Macron n’a pas hésité à ajouter de nouvelles menaces.

« Pôle Emploi passera en revue les centaines de milliers d’offres d’emplois disponibles dès les prochaines semaines. Les demandeurs d’emplois qui ne démontreront pas une recherche active verront leur allocation suspendue. » a ainsi expliqué Macron sans sourciller.

Evidemment, cette mesure est déjà en place depuis 2008. Un chômeur peut perdre son allocution s’il refuse plusieurs offres. Mais en insistant sur cette question au coeur de son allocution, Macron met en avant une volonté d’intensifier la traque des chômeurs.

Un signal adressé au patronat et une véritable déclaration de guerre aux personnes privés d’emplois mais également à l’ensemble du monde du travail.




Mots-clés

Réforme de l’assurance chômage   /    Macronisme   /    Emmanuel Macron   /    Chômage   /    Politique