×

Mouvement ouvrier

Menacés de délocalisation, les ouvriers de Sidel interpellent Olivier Véran au salon de l’agriculture

Depuis octobre dernier, les salariés de SIDEL, usine de fabrication de machines d’emballages, sont menacés de licenciement suite au projet de délocalisation de leur entreprise. Ce 2 mars, ils sont allés au salon de l’agriculture interpeller le porte-parole du gouvernement

Arthur Nicola

2 mars 2023

Facebook Twitter

Crédit photo : révolution permanente

Il est 13h au salon de l’agriculture quand une cinquantaine de salariés de Sidel interpellent Olivier Véran alors qu’il sort d’un plateau de France Bleu. « On est touché de plein fouet par un PSE au niveau du groupe, à Lisieux et Reichstett » explique rapidement Reynald Kubecki, de la CGT Sidel Octeville, au porte-parole du gouvernement. Depuis octobre dernier, les salariés se battent contre un projet de délocalisation de leur usine, qui produit des machines d’empaquetage et de filmage des bouteilles d’eaux et autres bouteilles. C’est près de 109 emplois qui sont menacés, par la multinationale Tetra Laval qui produit notamment toutes les briques de cartons de lait et jus de fruit Tetra Pak.

Face à Olivier Véran, Pierre Moulec, salarié du site, dénonce le motif économique invoqué par l’entreprise : « nos carnets de commandes sont pleins jusqu’à mi-2024, et ils veulent fermer l’usine. Ce qu’ils veulent faire, c’est délocaliser en Inde. Aujourd’hui on a aucun poids pour se défendre et pour que les gens puissent partir la tête haute. Ils veulent nous faire peur pour qu’en tant qu’élus on signe le PSE pour qu’on rentre chez nous ». Sur le site de Reichstett, en Alsace, le PSE a été signé et l’usine qui produisait des convoyeurs pour les usines d’embouteillage a été délocalisée au Portugal. Olivier Véran a botté en touche, expliquant qu’il n’avait pas de « baguette magique » et qu’il en parlerait au ministre de l’économie, après avoir revendiqué avoir « baissé le coût du travail » pour réindustrialiser le pays. « L’objectif de la direction c’est uniquement le profit, en supprimant un site industriel en France. Il faut des réponses rapides ! » a insisté Reynald Kubecki.

Quelques minutes plus tôt, les salariés ont envahi le stand de la filiale du groupe Delaval, présente sur le salon de l’agriculture pour promouvoir auprès des éleveurs laitiers ses machines de traies. Une action symbolique, face à une entreprise qui engrange les profits sur le dos de ses salariés et des agriculteurs. Face au stand du groupe, ils ont organisé une diffusion de tracts pour s’adresser aux autres salariés de Delaval mais aussi les visiteurs du groupe.

Samedi dernier, un des responsables syndicaux du site avait été séquestré par la direction, alors qu’il était en train de constater que les machines produites par le site étaient en train d’être cadenassées par la direction. Alors qu’il avait filmé la direction en pleine action, celle-ci a tenté de le forcer à supprimer les vidéos, l’empêchant de partir du site. Des méthodes de répression inacceptables qui sont à l’aune d’une entreprise qui prospère, et qui compte mettre sur le carreau une centaine de familles pour produire à bas-coûts en Inde ou au Portugal.


Facebook Twitter

Arthur Nicola

Journaliste pour Révolution Permanente.
Suivi des grèves, des luttes contre les licenciements et les plans sociaux et des occupations d’usine.
Twitter : @ArthurNicola_

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l'agrobusiness !

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l’agrobusiness !

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d'attiser la colère cheminote

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d’attiser la colère cheminote

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

L'exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

L’exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d'huissiers mais pas d'augmentation ! »

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d’huissiers mais pas d’augmentation ! »

Montpellier. Dans le travail social, une semaine de grève et mobilisation contre le manque de moyens

Montpellier. Dans le travail social, une semaine de grève et mobilisation contre le manque de moyens