^

International

Elections aux USA

Midterms. Ce qu’il faut savoir à propos des élections législatives aux Etats-Unis

Les élections ont lieu aujourd'hui, même si la plupart des États ont utilisé une méthode de vote anticipé. Les résultats finaux ne seront connus que dans quelques jours. Toutes les analyses s'accordent toutefois sur un potentiel revers pour l'administration Biden et le parti Démocrate.

mardi 8 novembre

Les électeurs sont appelés à renouveler 35 des 100 sièges qui composent le sénat. Jusqu’à présent, chaque parti disposait de 50 sièges et la vice-présidente Kamala Harris du parti Démocrate disposait d’une voix pour trancher en cas de blocage.
Au début de la campagne, les Démocrates pouvaient espérer conserver une maigre avance, voire gagner potentiellement un ou deux sièges supplémentaires. Cet avantage a diminué dans les sondages et aujourd’hui, de nombreux sites d’analyse affirment qu’il est très probable que les Républicains obtiennent le contrôle de la chambre haute.

Le site FiveThirtyEight indique qu’il y a 54 % de chances que les Démocrates subissent une défaite, alors que Real Clear Politics voit un scénario très serré dans 8 des Etats dont 6 étaient jusqu’à présent tenus par des Démocrates. Avec un tel scénario le site voit la possibilité que le sénat soit composé de 53 Républicains, qui gagneraient alors la majorité.

En ce qui concerne la Chambre des représentants, c’est une autre histoire. Dès le début de la campagne, et comme cela se produit dans presque toutes les élections de mi-mandat, on s’attendait à ce que les Démocrates, tenant la présidence, perdent leur majorité. Les 435 sièges sont à renouveler. Les Démocrates en contrôlaient 222.
 
Ici, la répartition des sièges est proportionnelle à la population. Ainsi, la Californie, l’État le plus peuplé, se voit attribuer 53 sièges, tandis que le Wyoming, le moins peuplé, fait partie des sept États qui n’ont qu’un seul siège.

FiveThirtyEight pronostique pour le parti républicain un potentiel total de 218 sièges, ce qui lui donnerait la majorité. Douze autres pourraient faire l’objet d’une compétition électorale plus intense. Il prédit une probabilité de 82% que le contrôle de la Chambre des représentants passe aux Républicains.
 
L’analyse de Real Clear Politics est encore plus désastreuse pour Biden. Avec 227 victoires sûres ou très probables pour le parti de Donald Trump et 34 autres pour lesquels les résultats seront certainement plus serrés. Parmi ceux-ci, seulement 4 sont actuellement détenues par des Républicains.
 
Du côté des gouverneurs, 36 des 50 postes sont remis en jeu. Aujourd’hui, il y a 24 Démocrates et 26 Républicains et, selon Real Clear Politics, ce nombre pourrait passer à 31.
 
Le vote anticipé, comme on l’appelle en anglais, est une tentative d’élargir les possibilités de vote, car les élections ont toujours lieu le mardi, ce qui signifie que ceux qui veulent voter doivent prendre congé de leur travail, que leurs employeurs ne leur accordent pas toujours. C’est l’une des raisons pour lesquelles la classe ouvrière est sous-représentée dans les votes exprimés.
 
Selon le Washington Post, dimanche dernier, le nombre de votes anticipés lors de la dernière élection de mi-mandat en 2018 avait déjà été dépassé. Ce chiffre s’élève à 39,2 millions de votes exprimés, sans compter les votes postés avant le jour du scrutin.
 
L’ancien président Trump et nombre de ses partisans critiquent vivement la possibilité d’un vote anticipé, alors que c’était une tradition du parti républicain de défendre cette possibilité.
 
Selon des sources du Washington Post, le vote anticipé est en constante augmentation. En 2014, environ 31 % des votes ont été effectués par courrier ou dans des lieux spécialisés pour l’occasion. En 2018, il est passé à environ 40 % et cette année, ce chiffre devrait être plus élevé.

Qui peut voter ?

 
Tous les citoyens de plus de 18 ans qui se sont inscrits à l’avance ont le droit de voter, ce qui peut être un processus plus ou moins compliqué selon l’État dans lequel ils résident.
 
Les personnes qui ont été condamnées pour un crime passible de plus d’un an de prison peuvent être privées du droit de vote, mais cela varie également d’un État à l’autre. Par exemple, une personne condamnée pour meurtre dans l’État du Vermont peut être en mesure de voter, même en purgeant sa peine, tandis qu’une personne condamnée pour parjure dans le Mississippi peut perdre son droit de vote à vie. Étant donné que la population carcérale aux États-Unis est en grande majorité noire et latino, la participation électorale est clairement biaisée.
 

Une campagne largement polarisée

 
L’inflation actuelle aux Etats-Unis est un phénomène qu’on ne retrouve pas depuis les années 70. La popularité du président Biden étant au plus bas, le parti républicain a fait de l’économie son principal axe de campagne, en essayant de relancer les recettes néolibérales telles que les réductions d’impôts pour les riches et les entreprises. En outre, ils ont mené une campagne réactionnaire contre l’immigration et ont attaqué la politique d’ouverture des frontières du gouvernement actuel (même si les chiffres des détentions et des expulsions d’immigrants ne diffèrent pas beaucoup de ceux du trumpisme).
 
Pour leur part, les Démocrates ont esquivé la question économique jusqu’à la dernière semaine de la campagne et ont plutôt fait appel à une prétendue défense de la démocratie, qu’ils disent être attaquée, et à certaines questions figurant à l’ordre du jour progressiste, comme le droit à l’avortement. Celui -ci a subi une offensive extrêmement dure lorsque la Cour suprême a annulé l’arrêt Roe v. Wade. A cette occasion, il est apparu clairement que, pendant les 50 dernières années, les Démocrates n’avaient jamais essayé de légaliser l’avortement par voie parlementaire, en le codifiant définitivement, bien qu’ils aient gouverné le pays à plusieurs reprises.

Les demandes qui auraient pu rencontrer un écho chez les travailleurs ont été éclipsées de la campagne, comme le Medicare for All (assurance maladie publique) ou la demande popularisée sous le nom de Taxe de riches, qui parle de taxer les riches pour soulager les poches des familles qui travaillent. Les Démocrates tentent de gagner les votes des « perdants de la mondialisation », la classe ouvrière qui a perdu son emploi et a vu ses conditions de vie se dégrader. Mais ils le font en volant le programme le plus réactionnaire de Trump qui accuse les immigrants d’être responsables des crises économiques et la Chine de voler les emplois américains.
En raison de l’étendue territoriale des États-Unis et du fait que chaque État a ses propres procédures, les heures de fermeture des bureaux de vote varient. Il y a aussi la question des votes par correspondance, qui sont considérés comme valides s’ils sont reçus par le bureau de poste avant le jour de l’élection, mais ne doivent pas être comptés le jour de l’élection.
 
En 2020, en raison de la lenteur du décompte des voix dans de nombreux États, il a fallu attendre quatre jours pour qu’ABC News a déclaré la victoire de Joe Biden. Il est probable que l’attente ne sera pas aussi longue cette année, mais les résultats ne devraient pas être connus ce mardi. Des États comme l’Arizona, le Nevada et la Pennsylvanie, qui sont essentiels pour le contrôle du Sénat, pourraient avoir besoin de plusieurs jours pour que tous les votes soient comptabilisés.



Mots-clés

Joe Biden   /    Donald Trump   /    Etats-Unis   /    International