^

Notre classe

Paroles d'éduc'

Mineurs isolés : « Ils se font jeter à la rue avec un plan de la ville entre les mains »

Pablo, étudiant et moniteur-éducateur, a travaillé à plusieurs reprises au sein d'un DDAEOMI (Dispositif Départemental d’Accueil, d’Évaluation et d’Orientation des Mineurs Isolés). Au cœur de la polémique ouverte autour des mineurs non-accompagnés, il témoigne.

jeudi 1er octobre

Crédit : InfoMigrants

Je suis forcé de constater qu’en cette période de crise économique profonde et de pandémie mondiale et dans un contexte de précarité grandissante où les travailleurs perdent leur taf à coup d’APC ou de PSE alors que leur patron reçoive des milliards d’euros du gouvernement, le choix de celui-ci est de d’augmenter les budgets de sa police et de son armé d’un côté, et d’opérer un virage encore plus à droite de l’autre à travers une série d’offensive sécuritaire raciste et réactionnaire.

La stratégie de la bourgeoisie est donc claire : nous diviser.

C’est en ce sens que l’on subit tout une série de lois ouvertement islamophobe sous couvert de combat contre le « séparatisme » proposé par Schiappa, et que la promulgation de l’idéologie raciste de l’ « ensauvagement » de la part du ministre de l’intérieur Darmanin fait son apparition pendant que les médias et les éditorialistes spécialiste de la haine et de la division propagent leurs idées sans être inquiétés.

Seulement quatre jours après une nouvelle condamnation pour injure et provocation à la haine le multirécidiviste Éric Zemmour à de nouveau pu déverser son poison sur le boulevard d’audience offert par CNEWS. Cette fois-ci, le racisme et les mensonges sont dirigés vers les jeunes qui migrent vers l’Europe, à comprendre les enfants qui fuient la guerre et la misère à cause de politique impérialistes menées par nos dirigeants. Selon Zemmour, ces enfants seraient des « voleurs, des assassins et des violeurs » ce qui a provoqué un scandale sur les réseaux sociaux, au-delà de l’indignation que ces propos me procurent il est important de se saisir de ces affabulations afin de rétablir la vérité sur la prise en charge de ces jeunes et sur leurs parcours, car même s’il n’est pas compliqué de démonter les insultes et fausses accusations de ce délinquant, la situation et le traitement des MNA en France est grave !

Plus communément appelés les MNA (Mineur non-accompagnés) anciennement MIE (Mineurs Isolés Etrangers), ces enfants peuvent être pris en charge par des structures sociales ou par des associations. J’ai été amené à travailler à maintes reprises au sein d’un DDAEOMI (Dispositif Départemental d’Accueil, d’Evaluation et d’Orientation des Mineurs Isolés).

Il faut une force venue d’ailleurs pour mettre une énième fois sa liberté en suspend

Un jeune qui prend connaissance de l’existence d’une structure tel que le DDEAOMI et qui parvient à s’y rendre et oser y rentrer va être fouiller et va recevoir quelques infos comme celle qui dit que peu importe la véracité ou non de ses papiers, en France ils seront considérés comme faux. Le coup de massue. Je dis « oser rentrer » car oui, il faut sacrement du courage pour accepter de se laisser fouiller alors que l’on pense être enfin à destination, il faut une force venue d’ailleurs pour mettre une énième fois sa liberté en suspend aux profits de règles de vie parfois incompréhensible et brutale. Car l’enfant en question ne parle pas la langue ou alors cette restriction qui nous paraîtrait logique est totalement en dehors de sa culture et de sa socialisation.

Racisme, ethnocentrisme et manque de moyens. Toujours devoir courir et ne pas avoir le temps de rassurer un jeune qui attend la tête entre les mains un des trois rendez-vous qui décidera de son sort : majeur ou mineur ? Comprendre : SDF sans papier ou pris en charge dans des foyers sociaux ?

Allez expliquer à ce jeune qu’il ne peut pas se servir d’internet pour parler à ces parents parce que ce n’est plus l’heure d’avoir accès à la WI FI. Expliquez ce qu’est le test osseux alors que je sais pertinemment que ce n’est pas fiable et que c’est un dispositif raciste qui permet à l’État de trier encore plus les migrants, emmener un jeune à des rendez-vous à la préfecture, au commissariat etc. alors que je ne suis pas certain de pouvoir le récupérer car l’État Français fait ce qu’il veut de ces corps, de ces victimes collatérales des politiques menées à l’extérieur.

L’argent existe, il a plus sa place dans les centres d’accueil d’enfants étrangers que dans la poche d’Éric Zemmour

Je pourrai écrire pendant des heures sur les conditions d’accueils, et aussi sur les conditions de travail du personnel. Parce qu’entre le budget se résumant à quelques chaussures trouées, un ballon, un goûter et parfois des tickets de métro pour respirer quelques heures et le fait que ces structures n’embauchent en majorité que des Intérimaires bien souvent pas diplômés ou peu formé à ce type de public il y a de la matière.

La réalité c’est que des travailleurs précaires (parfois étudiants comme moi) passent nombre d’heures à pallier la misère qu’engendrent nos sociétés, des pauvres qui s’occupent de personnes encore plus pauvres, plus fragiles. Les jeunes se font littéralement jeter à la rue parfois avec un plan de la ville entre les mains et l’adresse de quelques squats, imaginez cette situation en pleine ère du Coronavirus.

Je voudrais dire à Zemmour qui se fait le menteur et le raciste utile que non ce ne sont pas ces quelques jeunes qui sont des « violeurs » mais plutôt le ministre de l’intérieur, ce n’est ce sont pas ces enfants sans famille et sans pays qui sont des « voleurs » mais les patrons qui touchent de sommes ahurissantes de la part de Macron et qui licencient à tout vas et les actionnaires du CAC40 qui perçoivent plus 60 milliards de dividendes, eux sont des « assassins » car ils détruisent des familles entières. L’argent existe, il a plus sa place dans les centres d’accueil d’enfants étrangers que dans la poche d’Éric Zemmour qui parle de métier et d’une vie qu’il ne connaît pas. Quelle affreuse manie chez les bourgeois que de parler de ce qu’ils ne connaissent pas.