^

Notre classe

Rennes

Mobilisation dans la santé. A Rennes, rassemblement réussi mais le départ en manifestation empêché par les CRS

La journée de mobilisation du 16 juin, appelée nationalement par le personnel soignant pour exiger les moyens qui ont cruellement manqués pendant la crise sanitaire, a donné lieu à des manifestations massives dans de nombreuses villes, qui se sont terminées sous le coup de la répression, comme à Paris et à Toulouse. A Rennes la manifestation n’a pu se tenir.

mercredi 17 juin

A Rennes, plus de 3000 personnes se sont retrouvées hier sur l’Esplanade Charles de Gaulle, regroupant des personnels hospitaliers des différents hôpitaux de Rennes, comme Ponchaillou, Guillaume Régnier, Saint-Grégoire,… mais également de nombreux soutiens, dénonçant d’une même voix le manque de moyens pour l’hôpital et la mascarade du Ségur de Santé. En effet, les revendications portées, comme l’attribution de la prime Covid pour toutes et tous, la réouverture de lits, la revalorisation salariale… ne risquent pas d’être obtenues dans les pseudos « discussions » avec le gouvernement, que [Sud a récemment quitté → https://www.revolutionpermanente.fr/Le-syndicat-Sud-quitte-le-Segur-de-la-sante], mais bien dans la lutte unie des différents secteurs.

Après quelques dizaines de minutes, le rassemblement est parti en manifestation, mais après à peine 500 mètres de marche, la foule s’est retrouvée face à un cordon de CRS. L’attirail répressif était de sortie, puisque des dizaines de camions ainsi que l’hélicoptère ont été rapidement déployés autour de la zone, empêchant l’accès au centre-ville. Les manifestants, quant à eux, tentaient d’avancer sous un tonnerre d’applaudissements :

Etant obligés de rester dans le secteur de Charles de Gaulle, la foule s’est imposée sur la place et ses alentours, cherchant à se frayer un chemin pour pouvoir manifester, mais se retrouvant constamment empêchés de passer par les forces de l’ordre. Obligés de rester sur place, les manifestants, personnels soignants et soutiens de différents secteurs ont pu échanger pendant deux heures. Clément, enseignant à Combourg, expliquait ainsi pourquoi il était nécessaire d’être présent aux côtés du personnel soignant aujourd’hui : « C’est le même genre de logique que subit l’hôpital public depuis dix ans, et donc on est solidaires de tout ce qu’ils subissent, c’est tout naturel pour moi de venir avec les collègues enseignants soutenir le personnel soignant ! »

Face à un gouvernement dont la gestion de crise a été catastrophique, tant du point de vue sanitaire que répressif, l’unité des différents secteurs en lutte serait un pas en avant pour réussir à construire un rapport de force contre la classe dominante. Incarnée par la présence d’Assa Traoré à Paris, figure du mouvement anti-raciste en France mais également d’Awa Gueye à Rennes, la sœur de Babacar, [dont le Comité Justice et Vérité pour Babacar avait organisé un rassemblement samedi
6 juin → https://www.revolutionpermanente.fr/Rennes-Des-milliers-de-personnes-exigent-justice-pour-Babacar-et-toutes-les-victimes-de-violences], cette unité entre la jeunesse anti-raciste et le monde du travail, qui s’equisse pourrait jouer un rôle primordial pour faire avancer les revendications de ces secteurs vers une issue anticapitaliste. En tapant ensemble sur le même clou, le combat contre le système qui articule exploitation capitaliste et oppression de race et de genre pourrait avoir une issue favorable à la majorité de la population. Le prochain rendez-vous à Rennes est donné pour ce samedi 20 juin à 15h dans le cadre de [l’appel national de la marche des Solidarités → https://www.facebook.com/events/2714542872107405/]

Quelques images sur la page du NPA à Rennes :




Mots-clés

SUD Santé   /    Répression policière   /    Santé   /    secteur santé   /    Rennes   /    Répression   /    Notre classe