^

Monde

Les femmes en première ligne

Mobilisation féministe au Liban. « Pouvoir patriarcal, le droit des femmes c’est pas un détail ! »

En première ligne du soulèvement populaire qui secoue le Liban depuis trois semaines, les femmes libanaises ont manifesté massivement mercredi à l'appel des organisations féministes, mêlant à la contestation du régime les mots d'ordre féministes.

jeudi 7 novembre

Crédits photo : Reuters

Ce mercredi 6 novembre, des milliers de femmes libanaises se sont réunies sur la place des Martyrs à Beyrouth, haut lieu de la contestation depuis le 17 octobre et ont manifesté dans la capitale, bougies et casseroles à la main. Dénonçant le pouvoir patriarcal, cette manifestation féministe revendiquait des droits pour les femmes et visait à intégrer les revendications féministes dans le formidable soulèvement populaire que connaît le Liban depuis trois semaines.

Déclenchée suite à l’annonce de nouvelles taxes, la contestation s’est très largement élargie à une dénonciation de la caste politique néolibérale, d’une corruption généralisée et du système confessionnel en place au Liban. L’ampleur de la mobilisation, rassemblant jusqu’à deux millions de manifestants au plus fort de la lutte – dans un pays qui compte six millions d’habitants – a contraint le premier ministre sous pression à démissionner. Depuis, le régime cherche à trouver une solution institutionnelle mais la mobilisation se poursuit.

Dans ce contexte la démonstration de force des femmes et du mouvement féministe libanais constitue un point d’appui majeur. Les femmes ont largement participé au mouvement dès ses débuts. Le symbole a fait le tour du monde : l’image de cette jeune femme donnant un coup de pied dans l’entrejambe d’un garde du corps du ministre de l’éducation, armé et tirant en l’air, est devenue symbolique de la révolte et témoigne de l’importance des femmes, en première ligne de cette lutte. Au-delà des symboles en effet, les femmes ont joué un rôle clef : « Il faut souligner la participation des organisations féministes et étudiantes qui ont pris part aux manifestations et sont intervenues de manière coordonnée à travers le pays » explique Joseph Daher, militant suisse-syrien anticapitaliste et universitaire spécialiste du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord dans un interview à Révolution Permanente. En outre, les femmes ont massivement et spontanément formé des cordons au-devant des manifestants afin de s’interposer face aux forces répressives.

En plus de ce rôle de premier plan dans la contestation du régime, les féministes libanaises font également pression pour revendiquer au sein du mouvement l’égalité hommes/femmes et promouvoir les droits des femmes. En ce sens, la manifestation féministe d’hier contribue à visibiliser un processus à l’œuvre. Au Liban, qui fait pourtant figure de pays relativement avancé sur la question, les droits des femmes restent très restreints. Les femmes sont sous la tutelle d’un homme, mari, père, frère, et restent très dépendantes économiquement puisque seulement 21% des femmes travaillent et que la législation de la Sécurité sociale est discriminante envers les femmes. Par ailleurs, Joseph Daher insiste sur les effets du système communautaire et confessionnel : « Aujourd’hui, les questions de statut personnel sont régies par les lois communautaires, qui sont patriarcales et conservatrices, et ce qui engendre des discriminations entre hommes et femmes et entre femmes en matière d’âge du mariage, d’héritage, de divorce ou de garde des enfants. Sur ce dernier point, par exemple, les 18 confessions accordent prioritairement cette garde au père ou à la famille du père ». C’est pourquoi les organisations féministes revendiquent une loi unifiée sur le statut personnel, au-delà des communautés. Cette aspiration contribue à nourrir la remise en cause des divisions confessionnelles à la base du régime.

Le regain de la lutte des classes que l’on observe à échelle internationale s’accompagne partout d’une importante mobilisation des femmes, à l’avant-garde de ces mouvements. Cette présence est porteuse d’espoir non seulement pour l’ensemble des femmes opprimées, mais également pour l’ensemble des exploités puisqu’elle exprime une radicalisation importante des luttes. Et c’est dans l’expérience même de ces luttes que peut se construire une conscience collective, une solidarité et une organisation commune à même de faire avancer les aspirations féministes et les aspirations des travailleurs et travailleuses. « Nous avons montré une camaraderie qui a brisé la barrière de la peur », témoigne ainsi une manifestante libanaise.




Mots-clés

Liban   /    Droits des femmes   /    Proche et Moyen-Orient   /    Monde