^

Politique

5 février

Montpellier. 5000 manifestants répondent à l’appel des Gilets jaunes et des syndicats

Ce mardi 5 février à Montpellier, 5000 personnes répondaient à l'appel à la grève et à la mobilisation. Syndicalistes et Gilets jaunes ont défilé ensemble pour porter leurs revendications.

mardi 5 février

Crédit photo : Montpellier Poing Info

Le 5 février était marqué par un appel national à la grève de la part de plusieurs organisations syndicales (la CGT, Solidaires, FSU) et des Gilets jaunes. À Montpellier, la manifestation a été un succès puisque 5000 manifestants ont défilé ensemble. Parmi les secteurs présents, on peut noter bien sûr de très nombreux Gilets jaunes, les postiers de Rondelet en grève depuis 16 jours, ainsi que les cheminots en grève pour l’occasion, de nombreux travailleurs de la fonction publique et notamment de l’éducation, des étudiants et des lycéens, des retraités, des travailleurs des hôpitaux, mais également des manifestants portant leurs revendications climatiques.

Les lycéens avaient ouvert la danse ce matin avec le blocage du lycée Jules Guesde. Le midi, les étudiants et les personnels de l’université Paul Valéry s’étaient réunis à plus de 200 en Assemblée Générale, dénonçant la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers mais aussi la répression du mouvement social et appelant à se joindre aux Gilets jaunes. Par ailleurs, le mouvement de grève a été très suivi dans les écoles de Montpellier, avec trois écoles totalement fermées et les cantines fermées dans plus de 60 établissements.

La traditionnelle manifestation syndicale (à Montpellier, le fameux « Peyrou-Peyrou ») n’apparaît plus suffisante pour un nombre croissant de manifestants, Gilets jaunes mais aussi syndicalistes. Cela s’est exprimé lors du parcours de la manifestation ainsi qu’à la fin de celle-ci, où de nombreuses personnes ont continué après le parcours déposé, se sont rassemblées à la préfecture puis se sont dirigées vers le centre commercial du Polygone.

La convergence des revendications des différents secteurs de manifestants, gilets jaunes et gilets rouges, était évidente : contre la casse des services publics (éducation, santé), pour la hausse des salaires, le rétablissement de l’ISF et l’opposition à la répression. Des expériences communes de ce type qui pourraient permettre de construire un véritable « tous ensemble » pour faire céder Macron.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    mouvement étudiant   /    Manifestation   /    Grève   /    Montpellier   /    Grève générale   /    Lycées   /    Syndicat   /    Politique