^

Jeunesse

Montpellier. Un étudiant de 24 ans retrouvé défenestré dans sa résidence étudiante

Ce mercredi 18 novembre, un étudiant âgé de 24 ans a été retrouvé défenestré dans sa résidence étudiante. La thèse du suicide est privilégiée, et l'affaire ne peut qu'évoquer la situation de détresse vécue par une partie de la jeunesse confrontée à une détérioration de ses conditions de vie dans le cadre de la crise sanitaire.

mercredi 18 novembre

Crédit photo : AFP

Le mercredi 18 novembre aux alentours de sept heures du matin, un jeune homme de 24 ans s’est défenestré de son appartement étudiant situé dans la résidence « Artémisia Campus Créatif ». Selon la presse et les premiers éléments de l’enquête, il s’agirait d’un suicide.

On ne connaît pas encore les raisons qui ont poussé ce jeune homme à se suicider, mais le contexte du drame ne peut qu’évoquer les conséquences de la crise sanitaire vécues difficilement par de nombreux étudiants. A l’isolement s’ajoute pour de nombreux étudiants les effets de crise économique et la très forte précarisation qui en résulte, autant de choses qui font que cette nouvelle terrible fait écho à d’autres suicides récents d’étudiants. On pense notamment au tragique suicide de Doona, jeune étudiante trans qui s’est suicidée à Montpellier au mois de septembre, mais aussi au suicide d’un étudiant algérien à La Rochelle en août dernier dans des conditions similaires. On ne peut s’empêcher de penser également à la tragique tentative d’immolation d’Anas, un jeune étudiant lyonnais qui, suite à son extrême précarité, avait tenté de s’immoler devant le CROUS de Lyon il y a un an et s’est exprimé récemment de façon combative.

Si l’on ne dispose pas à l’heure actuelle des motifs du jeune étudiant, tous ces drames nous rappellent qu’un grand nombre étudiants sont en situation de grande précarité financière et psychologiques et ont des conditions de vie très difficiles – situation rendue encore plus dure avec le confinement et la crise sanitaire. Nous exprimons tout notre soutien à ses proches et sa famille.




Mots-clés

Montpellier   /    Université   /    Jeunesse