^

Politique

« Plus motivés que jamais »

Montpellier : plus de 6000 manifestants contre la réforme des retraites

À Montpellier ce jeudi 16 janvier, ce sont plus de 6 000 personnes qui ont manifesté contre la réforme des retraites. La manifestation a été un succès. Au micro de Révolution permanente, une enseignante gréviste témoigne : « on est en grève depuis décembre et on est motivés plus que jamais, parce qu'il n'y a aucun changement de la part du gouvernement ».

jeudi 16 janvier

Ce sont plus de 6 000 personnes qui ont manifesté contre la réforme des retraites ce jeudi 16 janvier à Montpellier. Les cheminots étaient en bonne place dans la manifestation, démontrant qu’ils restent mobilisés après plus de 40 jours de grève reconductible. Il faut souligner la forte présence de l’éducation nationale, mais aussi des avocats. De nombreux autres secteurs défilaient avec leurs banderoles et drapeaux respectifs : de nombreux Gilets jaunes, les journalistes, les agents du conseil général et de Pôle emploi, le personnel de l’université Paul Valéry, les artistes et salariés de l’audiovisuel...

Autre fait notable et qui semble suivre la tendance nationale, un cortège assez fourni des salariés de l’énergie était présent dans la manifestation. En effet, comme nous l’écrivions dans un précedent article, dans l’énergie, « l’intersyndicale dénombre entre 30% et 60% de grévistes et des blocages sur plusieurs sites Enedis près de Bordeaux, à Toulouse, ou en région parisienne depuis le début de la semaine ».

Parmi les cortèges les plus massifs, on trouvait les avocats, mais aussi les enseignants. Ceux-ci ont toutes les raisons d’être en colère après le coup de bluff de Blanquer qui tente, pour les faire sortir du mouvement contre la réforme, de promettre des revalorisations salariales qui équivaudraient à… 37 euros bruts par mois en moyenne ! Dans les cortèges de l’éducation, l’ambiance était particulièrement combative, chantant « Macron, Philippe, Blanquer et Castaner... et hop tout ça à la poubelle ! » Certains lycéens manifestaient avec leurs professeurs.

Les enseignants de Montpellier s’expriment sur leur détermination et appellent les secteurs de la population qui ne sont pas encore mobilisés à les rejoindre : « on est en grève depuis décembre et on est motivés plus que jamais, parce qu’il n’y a aucun changement de la part du gouvernement » , et « on voudrait passer un message à tous les étudiants, à tous ceux qui se destinent à la carrière de prof, qu’ils se mobilisent davantage, c’est pour eux qu’on se bat aussi ! ». C’est aussi le discours d’une enseignante du collège de Frontignan, que nous avons interviewée : « Avec cette réforme, tout le monde est touché. On va tous devenir des vieux misérables si ça passe, c’est à nous de décider de bloquer ça et d’aller dans la rue, d’agir pour bloquer ce projet. On peut le faire si tout le monde s’y met ! »

Les secteurs en grève depuis le 5 décembre sont toujours bien présents dans la bataille, bien que la manifestation de ce 16 janvier ait été moins massive que certaines dates centrales comme le 9 janvier. De plus, comme l’illustre la présence des salariés de l’énergie, la potentielle contagion du mouvement vers le secteur privé reste d’actualité.

À l’échelle nationale, les grèves se multiplient également dans les ports, les raffineries et l’automobile, et le soutien au mouvement reste fort dans la population générale. Les manifestations de ce jeudi sont un point d’appui pour généraliser le mouvement. Après plus de 40 jours de mobilisation, l’extension de la grève se fait urgente et bénéficierait grandement d’une reconduction des grèves et blocages de la production ainsi que d’un élargissement des revendications vers une contestation globale de la précarité, des bas salaires et du chômage, afin d’entraîner d’autres secteurs dans la bataille.




Mots-clés

Education nationale    /    Gilets jaunes   /    Réforme des retraites   /    Grève   /    Montpellier   /    Grève générale   /    Education   /    Politique