^

Racisme et violences d’Etat

Justice pour Adama

Mort d’Adama Traoré : la dernière expertise confirme la responsabilité des gendarmes

Les conclusions d’une nouvelle expertise réalisée par des experts belges ont été rendues : elles confirment, une nouvelle fois, la responsabilité des gendarmes dans la mort d’Adama Traoré.

jeudi 10 novembre

Crédits photo : AFP

Les conclusions du dernier rapport d’expertise en date sur la mort d’Adama Traoré ont été consultées par la presse ce mercredi 9 novembre. Le rapport conclut que les gendarmes sont bien responsables de la mort d’Adama Traoré. En effet il confirme la première expertise rendue par les mêmes experts belges en février 2021 : « les nouvelles auditions et les documents médicaux établis par la médecine du travail ne modifient pas les conclusions du rapport d’expertise collégiale précédent ».

Ce rapport d’expertise exposait que, l’« on peut penser que monsieur Adama Traoré se trouvait - au moment de l’application des manœuvres de contention - dans une situation d’hypoxie sérieuse à laquelle la procédure d’immobilisation pour placement de menottes dans le dos a vraisemblablement contribué ». Et que « sans l’application de ces manœuvres de contrainte […] on peut penser que monsieur Traoré n’aurait pas présenté l’évolution dramatique constatée ensuite ».

Ce dernier rapport vient donc confirmer une nouvelle fois la version de la famille, qui accuse les gendarmes d’avoir causé la mort d’Adama par plaquage ventral il y a six ans, lors d’une interpellation à Beaumont-sur-Oise qui s’est terminée dans le commissariat de Persan. Pour l’avocat de la famille, Me Yassine Bouzrou, il est clair que « sans l’interpellation violente des gendarmes, Adama Traoré ne serait pas mort. Autrement dit, les gendarmes ont causé la mort d’Adama Traoré ».

Depuis la mort d’Adama, la famille Traoré et des militants contre les violences policières n’ont cessé de se battre pour imposer la justice et la vérité. Le comité vérité et justice pour Adama et la sœur d’Adama, Assa Traoré sont ainsi devenus les figures de la lutte contre les violences policières et le racisme d’État en France, qui a culminé avec les rassemblements historiques de juin 2020, dans le sillage d’un mouvement international contre les violences policières et le racisme initié aux Etats-Unis.

Depuis, le comité Adama et Assa Traoré doivent faire face à l’acharnement judiciaire qui s’abat presque systématiquement sur celles et ceux qui dénoncent les violences policières et le racisme d’État. Assa Traoré a été ainsi l’objet de nombreuses mises en examen et procès en « diffamation », la justice reprenant le récit des gendarmes. De leur côté, ces derniers dont la responsabilité dans la mort d’Adama est indéniable n’ont toujours pas été inquiétés.

Les résultats de cette dernière expertise qui confirment que ce sont bien les gendarmes qui ont causé la mort d’Adama, viennent rappeler la nécessité de se joindre aux comités de famille de victimes de violences policières dans le combat contre les violences policières et le racisme d’Etat, et pour imposer justice et vérité.



Mots-clés

violences policières   /    Racisme d’État   /    Police   /    Comité Vérité pour Adama   /    Adama Traoré   /    Racisme   /    Racisme et violences d’Etat