^

Politique

5 ans après...

Mort de Rémi Fraisse : Rassemblement ce 10 octobre, pour l’appel contre le non-lieu du gendarme

Il y a près de 5 ans, Rémi Fraisse mourrait sur la ZAD de Sivens suite à l'explosion d'une grenade. Après des années de procédures, le gendarme avait obtenu un non-lieu. Ce 10 octobre se déroule l'appel de ce non-lieu, et un rassemblement est appelé devant le tribunal de grande instance de Toulouse. Nous relayons l'appel à la mobilisation.

mardi 8 octobre

APPEL DU NON-LIEU DANS L’AFFAIRE DE REMI FRAISSE :
TOU-TES A TOULOUSE LE 10 OCTOBRE !

Événement facebook

Rassemblement pour dénoncer les violences, le racisme, l’impunité de la police et en solidarité aux victimes à l’occasion de l’audience de l’appel du non lieu dans l’affaire du gendarme responsable de la mort de Rémi Fraisse !
Parce que l’impunité a été érigée en système et le cynisme en morale. La logique mortifère de l’état tue et mutile désormais chaque semaine sans que rien ne l’ébranle !

Il y a 5 ans, Rémi Fraisse a été tué par une grenade lancée par un gendarme sur la ZAD de Sivens. Depuis, en janvier 2018, un non lieu en faveur du gendarme a été délivré par la "justice". Sa famille fait appel de cette décision inique !
Il y a 14 ans, Zyed et Bouna sont morts en tentant d’échapper à la police. Les policiers ont été relaxés 10 ans après.

Et cette année les drames dus à la police se sont multipliés...
Au début du mouvement des gilets jaunes, Zineb Rédouane est morte chez elle suite à un lancé de grenade lacrymogène à Marseille.
Lors de la fête de la musique, à Nantes, Steve est mort noyé suite à une charge policière.
Alors quoi ? Maintenant on meurt en fermant ses volets ou en faisant la fête !!!
STOP ! Ces mort.e.s, parmi tant d’autres qu’on ne cite pas, doivent cesser...

Et nous ne comptons plus le nombre de blessé.e.s et mutilé.e.s ... Dans les quartiers, sur les ZAD, et dans les mobilisations sociales, les armes, soient disant non létales, ont fait des ravages.
Et le nombre de blessés a augmenté de manière considérable. Sur les 20 dernières années : autour de 50 blessés graves. Durant le mouvement gilets jaunes, en l’espace de quelques mois : un bilan alarmant avec une morte, des milliers de blessé.e.s dont au moins 5 mains arrachées et 24 éborgnées …
Et puis s’en suivent toujours : Déni de transparence, mensonges des policiers, des gendarmes et même de l’IGPN, dissimulations de preuves, et une justice très lente qui acquitte !

Nous nous devons de combattre, pour notre dignité et pour que chaque policier tremble de peur à l’idée même d’appuyer sur la gâchette, de dégoupiller une grenade ou de procéder à des techniques d’immobilisation mortelle.

La solidarité est une arme face à l’impunité de l’État et de ses chiens de gardes qui organisent la répression dans les quartiers et dans les mobilisations sociales.

Ce 10 octobre à 8h30, ce ne sont pas 30 personnes qui doivent être présentes au tribunal de Toulouse, mais des centaines de personnes en hommage à Rémi et :
- pour exprimer notre solidarité avec la famille Fraisse et toutes les autres victimes. Pour la vérité et la justice !
- dénoncer le racisme d’état, la criminalisation des militant.e.s, la banalisation des violences, les dérives de la police et son armement

Rappel : pas de drapeaux, mais apportez vos banderoles, pancartes, autoc, etc.

Nous relayons aussi l’appel d’une amie à se munir
"d’un objet de notre choix permettant de faire de la percussion

— bambous — galets — grelots — gamelles —
— couvercles — tôles — manches à balais —
sinon nos deux mains ...

pour improviser ensemble le concert du jour en faveur d’un jugement juste !"

*Pour en savoir plus : source Desarmons-les




Mots-clés

Ecologie   /    Toulouse   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique