^

Politique

« Semaine noire »

Mouvement contre la réforme des retraites. Vers une pénurie d’essence ?

Selon le site de Franceinfo, « la demande en carburant est supérieure à l'offre des stations-service », causant des pénuries totales dans certaines stations. Si le mouvement venait à se durcir – ce qu'espèrent les grévistes – la pénurie d'essence pourrait s'étendre elle aussi.

mercredi 25 décembre 2019

Source photo : francetvinfo.fr

Selon le site de Franceinfo, mardi 24 décembre, « la demande en carburant est supérieure à l’offre des stations-service », causant des pénuries totales dans certaines stations, notamment dans les Bouches-du-Rhône.

Deux raffineries sur les huit en France sont à l’arrêt total : celle de Lavéra dans les Bouches-du-Rhône et celle de Grandpuits en région parisienne. Comme nous l’écrivions dans un précédent article, « on assiste à un durcissement du mouvement car le gouvernement continue de faire la sourde-oreille » selon Thierry Dufresne, délégué central de la CGT chez Total.

Le site de Lavéra est le plus important du Sud de la France et celui de Grandpuits est particulièrement important du fait de sa localisation stratégique en Île de France. De plus, la raffinerie de Normandie, à la suite d’un énorme incendie, est également hors-service, s’ajoutant de fait à la liste des raffineries ne fonctionnant pas.

Comme nous l’écrivions le 24 décembre, si le gouvernement répète, comme depuis le début du conflit, que « la situation ne donne lieu à aucune inquiétude », c’est essentiellement un artifice de communication visant à éviter une ruée des automobilistes dans les stations-service. C’est ce qu’explique le journal Les Échos : « voulant éviter à tout prix une ruée sur les stations-service, l’exécutif martèle que les raffineries ne sont que la partie la plus visible d’une "logistique pétrolière robuste" ». Mais « ce que le gouvernement dit peu, c’est qu’il a utilisé un autre atout dans sa manche : les réserves stratégiques. Ces réserves d’urgence, mobilisables par l’Etat en cas de crise majeure, couvrent trois mois de consommation. »

« Alors que se passera-t-il si le mouvement venait à se durcir ? » se demande Franceinfo. La situation, déjà tendue, pourrait tendre à la pénurie d’essence généralisée. Des assemblées de grévistes sont prévues dans les jours qui viennent, notamment à Feyzin (région lyonnaise) et à la Mède (Bouches-du-Rhône). Les votes y seront décisifs.

Comme le soulignait Adrien, porte-parole de la CGT à Grandpuits, « la prochaine mobilisation intersyndicale [a] été repoussée au 9 janvier, comme une trêve déguisée ». C’est dans ce contexte que les secteurs qui poursuivent la lutte pendant les fêtes prennent une importance particulière.

C’est à la généralisation de l’arrêt de la production des raffineries, en lien avec le mouvement de grève qui continue à se durcir avec la RATP et la SNCF qu’il faut œuvrer, afin de faire un saut dans le rapport de force contre Macron et sa réforme des retraites. Pour le faire plier, il faut généraliser la grève !




Mots-clés

Grève décembre 2019   /    Grève   /    Grèves raffineries    /    Grève générale   /    Politique