^

Politique

Violences policières et répression judiciaire

« Nantes History X » : Le manifestant blessé par la BAC condamné à 6 mois ferme !

Le manifestant blessé par la BAC à coups de genou dans la tête, face contre terre, dans un véritable remake du film « American History X », a été condamné en comparution immédiate à 1 an de prison dont 6 mois fermes.

La vidéo, qui est devenue virale sur les réseaux sociaux, est glaçante. On y voit des agents de la BAC poursuivre puis immobiliser un manifestant. Une fois à terre, maintenu contre les pavés, un autre agent de la BAC arrive, genou en avant, et lui explose le visage contre le sol. Dès lors, le sang coule abondamment dans ce remake de la scène morbide du trottoir dans le film Américan History X. Conscient que cette scène est une nouvelle preuve éclatante de violences policières, les agents s’en prennent ensuite au cameraman, le sommant de dégager pour mettre un terme à l’enregistrement.

Selon la cagnotte ouverte en solidarité pour Simon, il a été arrêté à 16h47 le samedi. "Simon a passé environ 48h en garde à vue, il a été jugé en comparution immédiate dès le lundi après midi ayant rencontré son avocat le matin même alors qu’il en faisait la demande depuis la veille. A l’issue de son jugement, Simon a écopé d’une peine de 1 an de prison dont 6 mois avec sursis et ce avec mandat de dépôt, il doit aussi 400e à l’agent de la BAC qui lui a mutilé le visage au nom d’un préjudice moral."

Mais l’affaire ne s’arrête pas la. Selon Presse Océan, le jeune manifestant a été condamné, en comparution immédiate, à 1 an de prison, dont 6 mois ferme. La raison ? L’homme de 27 ans a été reconnu coupable de violences volontaires avec arme sur personne dépositaire de l’autorité publique ! En effet, le tribunal l’a accusé d’avoir jeté une pierre en direction de policiers et d’avoir en sa possession, lors de son interpellation, une massette d’un kilo.

Après les violences policières, c’est donc à la répression judiciaire que doit subir ce jeune manifestant, comme bien d’autres Gilets Jaunes depuis le début du mouvement. Pour l’heure, aucune information concernant ne serait-ce que l’ouverture d’une enquête IGPN (la police des polices) n’a été diffusée. Un deux poids deux mesures explicite, alors que la justice n’a mis que quelques jours à condamner le manifestant gravement blessé par la BAC.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Nantes   /    #JusticeDeClasse   /    Répression   /    Politique