^

Du Pain et des Roses

IVG sûr, légal, gratuit partout !

Nantes. Un millier de personnes rassemblées pour défendre le droit à l’IVG dans le monde entier

Mardi 5 juillet, près d’un millier de personnes se sont rassemblées à Nantes pour défendre le droit à l’IVG aux Etats-Unis et partout dans le monde. Une dynamique unitaire des collectifs féministes et des organisations de la ville, qu’il est essentiel de consolider face aux attaques à venir contre nos droits élémentaires.

dimanche 10 juillet

Crédits photo : Révolution Permanente Nantes

Mardi 5 juillet, près d’un millier de personnes se sont rassemblées place Bouffay à Nantes, pour défendre le droit à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) aux Etats-Unis et partout dans le monde. Un rassemblement jeune, dynamique, rythmé par des prises de paroles, des slogans chantés et écrits sur la place à la craie, pour laisser la trace d’une détermination à dire non au recul du droit à l’IVG, qu’il s’agisse d’un recul par la loi ou par la diminution des possibilités matérielles de rendre ce droit effectif (coût, éloignement, délais d’attente important, centre médicaux mal équipés ou manquant de personnels…).

Une action initiée par des collectifs féministes de la ville

Le rassemblement du 5 juillet était en réalité la seconde action menée sur cette question dans la ville. Le 23 juin dernier, à l’appel du collectif Féministes révolutionnaires Nantes, de l’association NOSIG (centre LGBTQIA+) et du Planning Familial 44, un premier rassemblement s’était déjà déroulé, face au risque important de voir le droit à l’IVG reculer aux États Unis. Et dès le lendemain, le vendredi 24 juin, la Cour Suprême des États-Unis votait la révocation de l’arrêt Roe V. Wade qui protégeait le droit à l’IVG dans l’ensemble des États.

Suite à ce recul historique et fort du succès du premier rassemblement, les trois collectifs ont poursuivi leur travail dans la perspective de rassembler les collectifs, partis, syndicats et associations de la ville, afin d’exprimer une solidarité internationale pour la défense du droit à l’IVG partout dans le monde.

« IVG, nos corps, nos choix, nos droits  », « centre IVG, maternités, on s’est battu pour les créer, on se battra pour les garder  »,…Cintres et pancartes à la main, la foule réunie place du Bouffay scandait ces slogans, s’emparant de la question d’un droit que tout le monde sait fragile. La « fameuse » statue « éloge du pas de côté » souvent moquée tant son titre évoque la politique du PS qui dirige la ville depuis des années, s’est vu recouverte de cintres, pancartes, slogans écrits à la craie. Un « rhabillage » devenu une tradition depuis le mouvement des gilets jaunes.

La démonstration d’une unité à consolider

Au total, ce sont 8 organisations de la ville qui ont signé l’appel à un second rassemblement : des syndicats comme Solidaires 44 aux groupes politique comme l’UCL Nantes en passant par des collectifs comme Trans Inter Action, tous se sont unis autour de la nécessité de soutenir les populations touchées par les reculs ou l’absence de droits reproductifs suffisants, mais aussi de dénoncer les politiques budgétaires des pays dans lesquels le droit existe mais ne s’applique pas de la même manière pour toutes et tous.

Aussi, dans leurs prises de paroles, les trois collectifs à l’initiative du rassemblement rappelaient qu’à Malte, en Pologne, en Hongrie ou encore en Slovaquie, le droit à l’avortement est plus que restreint. Mais elle soulignait aussi qu’en France, « la politique actuelle de réduction des budgets menée dans le domaine de la santé publique et du médico-social, entraîne des difficultés d’accès à l’IVG ». De quoi rappeler que nos droits ne sont pas forcément effectifs, et que la casse des services publics, et notamment ceux de la santé, impacte nécessairement les droits reproductifs.

Ainsi, l’appel des collectifs auto-organisés au reste des organisations de la gauche et du mouvement social a permis la tenue d’un rassemblement unitaire. Une unité qu’il est nécessaire de consolider, à l’heure où les attaques contre les franges les plus précarisées de la population, dont font partie les femmes et les minorités de genre, s’amplifient.



Mots-clés

Avortement   /    Elections 2020 aux Etats-Unis   /    Nantes   /    IVG   /    Droits des femmes   /    Etats-Unis   /    Du Pain et des Roses