^

Notre classe

Nos vies, pas leur profits !

Neuhauser. Face aux cas de Covid, la nécessité d’imposer une campagne de tests dans l’entreprise !

Avec plus de huit cas positifs au Covid en moins de deux semaines, face à l’inaction d’une direction prête à tout pour maintenir ses profits, la boulangerie industrielle de Folschviller en Lorraine pourrait bien devenir un cluster - au détriment de celles et ceux qui font tourner l’usine et de leurs familles !

lundi 14 décembre 2020

Malgré plus de 8 cas positif au Covid en deux semaines, la direction traîne des pieds pour prendre des mesures

La situation est des plus préoccupantes : en deux semaines, plus de huit cas Covid ont été détectés parmi les salariés, notamment du nettoyage, mais aussi dans la production. Pour éviter que cette dernière ne soit freinée en cette fin d’année, la direction de l’entreprise préfère ignorer le problème. Mais, du côté de salariés, la colère monte. Suite aux assemblées générales organisées par la CGT, le directeur Soufflet venu à l’usine à 5 heures du matin pour discuter avec les salariés a été très rapidement pris à partie sur le manque de gel hydro-alcoolique et de désinfection du matériel, et plus largement sur l’absence de mesures qui permettraient un minimum de protection alors même que la situation est dramatique.

La réalité, c’est que les salariés vont a l’usine la peur au ventre pour que le groupe Soufflet encaisse ses profits, au détriment de leur santé. Plus grave encore : la direction maintient une opacité sur les cas de Covid détectés dans l’entreprise et empêche donc l’identification des cas contacts, qui eux risquent par la suite d’infecter leur famille.

De cette manière, chez Neuhauser et au-delà, des clusters se développent au sein des entreprises, qui bien souvent regroupent de nombreux salariés dans des lieux clos. La transformation de cette situation, qui résulte de la course au profit capitaliste, est néanmoins possible : la force des travailleurs peut changer la donne, puisque ce sont eux qui produisent, ils peuvent prendre leurs affaires en main et imposer le respect de leur vie dans l’usine. Lors du premier confinement, les salariés de Neuhauser avaient par exemple dénoncé le gaspillage de denrées alimentaires organisé par leur direction, dans un moment où de nombreuses familles étaient plus que jamais dans le besoin, et lui avaient alors imposé de donner une partie de ces denrées à des associations au lieu de les jeter pour maximiser ses profits

Mais la tension est telle que les salariés et la CGT ont imposé des mesures de désinfection

Ce lundi, la direction qui jusqu’ici riait au nez de la CGT a dû reculer : elle a accepté d’embaucher plus de personnel de nettoyage et de faire intervenir un entreprise de désinfection, mais seulement pour les locaux sociaux et certaines salles de réunion. Rien n’est mis en place pour désinfecter l’ensemble de l’usine.

Pour ce qui est de tester massivement l’ensemble des salariés, la direction persiste dans son refus pour la simple raison que cela risquerait bien de mener à la découverte de nombreux cas positifs et donc d’impliquer une baisse de la production, voire la fermeture de l’usine pour une journée afin de désinfecter et de mettre en sécurité les travailleurs.

Cette mesure est pourtant prioritaire, si les salariés contrôlaient la production ils auraient pris des mesures radicales afin de se mettre en sécurité. Sans les salariés, l’usine ne tourne pas mais sans patrons les usines tournent quand même. Et c’est cela notre force.




Mots-clés

Neuhauser   /    Covid-19   /    Notre classe