^

Notre classe

Profits sur nos vies

Neuhauser / Invivo : les salariés malades du covid privés d’augmentation !

L’entreprise Neuhauser, à peine rachetée en décembre dernier, vient d’annoncer aux organisations syndicales que les salarié.e.s non-cadres absents pour Covid ou cas contact, ne bénéficieront pas d’entretiens d’évaluations internes. Privant ainsi les salarié.e.s d’une augmentation individuelle, pouvant occasionner un manque à gagner allant jusqu’à 2000€ sur l’année !

jeudi 3 février 2022

Crédit photo : M.L

La double peine pour les salarié.e.s et/ou leurs proches atteints de la Covid

Les travailleuses et travailleurs de Neuhauser, en seconde ligne pendant la crise sanitaire et n’ayant pas cessé de travailler pendant le premier confinement en 2020, se voient aujourd’hui sanctionné.e.s s’ils ont eux-mêmes contractés la maladie, ou été déclaré.e.s cas contact (que ce soit au travail ou par un proche) !
En 2020 ils et elles avaient dû imposer à leur employeur un protocole sanitaire avec 5 jours de droit de retrait, alors qu’un cluster venait d’être déclaré dans l’usine. Leurs mobilisations et l’imposition de leur protocole sanitaire avait réussi à minimiser les cas de covid dans l’entreprise.

Depuis 2020 les Neuhauser, n’ont cessé de travailler car ils faisaient partie des « entreprises essentielles »

À cette époque déjà, la direction avait voulu imposer un « critère d’absentéisme » pour les évaluations individuelles, ce que les salarié.e.s (par le biais de la CGT Neuhauser) avaient réussi à empêcher. Mais cette année, alors même que la direction avait reconnu l’absurdité de sa propre mesure, elle revient à la charge en tentant de le remettre en place.
Cette évaluation annuelle également appelée « Parcours Qualifiant » permet, chez Neuhauser, d’obtenir une augmentation de salaire via l’acquisition d’un échelon supérieur.

La direction a décidé, en ayant recours à ce « critère d’absentéisme », de ne pas évaluer les salarié.e.s qui ont 20 jours d’absence ou plus sur l’année 2021. Qu’importe que ce soit pour cause d’infection au Covid ou d’isolement en tant que cas contact. Pire encore, même les salarié.e.s considéré.e.s comme « à risques » (comorbidités, pathologies cardio-respiratoires, etc.) contraint.e.s à l’isolement pour éviter d’être contaminé.e.s et développer une forme grave, se verront également sanctionné.e.s.

Bien entendu pour continuer dans sa lancée, la direction a décidé d’étendre sa double peine à celles et ceux qui ont été forcé.e.s de rester à la maison pour « garde d’enfant » car leurs écoles étaient fermées. Les gardes d’enfants chez Neuhauser touchent majoritairement les femmes et les privent de possibles évolutions alors qu’elles font déjà partie des salarié.e.s les moins bien payé.e.s dans l’entreprise !
Une double peine également pour les Neuhauser qui, encore en décembre/janvier 2022 ont été confronté.e.s à une recrudescence de cas, avec quasiment 1 salarié.e sur 2, touché.e par le variant Omicron. Dans la majorité des cas, les contaminations ont eu lieu dans l’entreprise. Certain.e.s ont encore des séquelles aujourd’hui, et se voient privé.e.s d’une possible augmentation avec un manque à gagner allant jusqu’à 2000€ sur l’année.

Un mépris pour les ouvriers

Chez Neuhauser ce sont majoritairement les ouvriers et ouvrières qui ont été le plus contaminé.e.s, car ils et elles ont dû continuer à se rendre au travail, faute de pouvoir faire tourner leurs lignes de productions depuis leurs domiciles, tandis que les cadres dirigeants ont quant à eux, pu télétravailler depuis leurs résidences secondaires !
Et pourtant aujourd’hui, les cadres ne seront pas concerné.e.s par ce critère absentéisme. Seul.e.s les « ouvrier employé » et « agent de maitrise » se verront impacté.e.s.

Une économie faite sur la crise sanitaire

Alors que plusieurs géants tels que Amazon, LVMH ou Total ont annoncé des bénéfices et des dividendes records, c’est bien sur la crise sanitaire qu’ils se sont enrichi. C’est également le cas d’InVivo, ce géant de l’agroalimentaire avec un chiffres d’affaires de 10 milliards d’euros, qui décide d’économiser en privant environ 60% d’ouvriers Neuhauser d’augmentation selon la CGT.
Dans la presse, un des dirigeants, M. Blandinière se targuait déjà de vouloir faire « un Amazon de l’agroalimentaire », nous voyons qu’il a déjà commencé. En effet, comme Amazon, il a vu dans la crise sanitaire une opportunité pour exploiter encore plus ses salarié.e.s en augmentant ses profits au détriment de leur santé. Preuve en est que cette mesure visant à sanctionner les salarié.e.s, est purement économique et la direction de l’entreprise ne s’en cache même pas.

Des risques sanitaires graves

Au-delà de l’aspect économique, cette mesure risque d’aggraver la situation sur le plan sanitaire. En effet la CGT Neuhauser a alerté la direction sur les risques engendrés par l’application d’un tel critère :
Les salarié.e.s, pour éviter d’être placé.e.s en isolement et par extension ne pas se voir sanctionné.e.s, risquent de ne plus aller se faire tester ou de ne plus déclarer leurs symptômes ou leur statut de cas contact, et ce afin d’éviter cette perte de salaire. Malgré cela, la direction reste sur sa position et refuse de retirer sa mesure au risque d’avoir un impact sanitaire grave dans l’entreprise.

Une fois encore, nous constatons que le patronat est prêt à tout pour faire du profit, d’autant plus que ce genre de décisions risque d’augmenter les cas de contaminations chez Neuhauser, et le tout avec l’aval de l’État. En effet Phillipe Mangin élus LR et vice-président de la région Grand Est, s’avère également être l’un des dirigeant d’InVivo, le géant de l’agroalimentaire qui vient de racheter Neuhauser.

Nous ne devons rien attendre du patronat et du gouvernement qui marchent main dans la main, et sont prêts à tout, quitte à risquer nos vies pour plus de profits. Nous devons prendre notre destin entre nos mains et ne pas le laisser entre ceux des capitalistes et des politiciens professionnels !

Les travailleuses et travailleurs de Neuhauser réclament le retrait de cette mesure abjecte, qui vise à économiser de l’argent sur le dos de la pandémie !



Mots-clés

Prime   /    Neuhauser   /    Révalorisation salariale   /    Covid-19   /    Notre classe