^

Jeunesse

Blocus lycéens

« Ni patrie ni patron ! » Une dizaine de lycées bloqués contre Le Pen et Macron à Paris

Ce mardi matin, plusieurs lycées parisiens étaient bloqués pour protester contre le second tour qui oppose Marine Le Pen à Emmanuel Macron. Sur les pancartes et dans les chants, les lycéens disent se battre « pour leur avenir », l’urgence climatique ou encore « la justice sociale » et refusent de choisir entre la peste et le choléra.

mardi 19 avril

« Sorbonne partout ! » peut-on lire sur une pancarte accrochée au-dessus de la porte de l’établissement Lamartine dans le 9e arrondissement de Paris. Devant, Victor explique que les lycéens ont tenu à « faire suite à l’appel de La Sorbonne par rapport à ce second tour qui nous est imposé entre un ultra-libéral et l’extrême-droite ».

Depuis la semaine dernière, les étudiant se mobilisent dans leurs universités et leurs écoles contre le faux-dilemme entre Le Pen et Macron. Ce mardi matin, c’était donc aux lycéens de rejoindre la danse, et plusieurs lycées parisiens étaient bloqués. A Lavoisier, Henri IV, Louis le Grand ou encore Balzac, plusieurs centaines de lycéens ont décidé d’exprimer leur colère face à un second tour qui « leur vole leur avenir » comme l’exprime Louna devant le lycée Lamartine.

L’inquiétude de l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir est vive. A Louis le Grand dans le 5e arrondissement de Paris et à deux pas de La Sorbonne qui a été occupée la semaine dernière par les étudiants, les lycéens scandent « le fascisme ne passera pas : on n’oublie pas, on pardonne pas ! ». A Balzac dans le 17e arrondissement, une banderole donne le ton : « pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartiers pour les fachos ».

Mais la peur de l’extrême-droite ne revient pas pour ces lycées à devoir accepter le vote pour Macron. « Je ne trouve pas normal de devoir voter pour quelqu’un qui n’a pas mes idées ou mes valeurs » en référence au président sortant. Ce dernier, qui a multiplié les attaques contre les classes populaires et les jeunes tout au long du quinquennat, tente aujourd’hui de draguer ces derniers en se repeignant en vert à Marseille ou en faisant mine de remettre sur la table des négociations son projet de réforme des retraites contre lequel de nombreux lycéens s’étaient déjà mobilisés.

Notamment sur la question climatique, les lycéens fustigent la politique de Macron et dénoncent l’impasse du second tour. « Le rapport du GIEC nous a rappelé qu’il y avait urgence climatique et sociale. Ni Macron, ni Le Pen ne portent ces revendications. Ce blocus c’est pour mettre la pression et répondre à l’urgence » résume ainsi Victor devant le lycée Louis le Grand.

En fin de matinée, plusieurs lycéens ont décidé de rejoindre les étudiants mobilisés à l’Université de Paris qui se réunissaient en Assemblée générale. L’occasion de discuter de la suite et de se coordonner, alors que les présidences d’université multiplient les fermetures administratives pour tuer dans l’œuf une mobilisation qui inquiète dans l’entre-deux-tours. Ce matin, c’est la direction de Paris 8 qui a décidé de fermer ses locaux alors que devait s’y tenir une assemblée générale avec les étudiants mobilisés contre le second tour et les étudiants réfugiés d’Ukraine qui tentent de s’y inscrire.



Mots-clés

Présidentielles 2022   /    Lycéens   /    Marine Le Pen   /    Paris   /    Emmanuel Macron   /    Lycées   /    Jeunesse