^

Monde

Etats-Unis

« Nique ton couvre-feu » : mobilisations massives pour le huitième jour de révolte aux Etats-Unis

Alors que la répression s'amplifie avec la mise en place de couvre-feu dans plus de 40 villes, ce mardi des dizaines de milliers de manifestants ont bravé l'interdiction. Dans certaines villes on a assisté aux plus grosses manifestations depuis le début du mouvement.

mercredi 3 juin

Crédit photo : MARK FELIX/GETTY

Alors que cela fait maintenant plus d’une semaine que les manifestations et les nuits de révoltes ont éclaté aux Etats-Unis, en réaction à la mort de George Floyd, la répression s’est intensifiée ces derniers jours. Cette 8ème journée de colère s’est déroulée alors que le couvre-feu a été déclaré dans plus de 40 villes, dont New-York City, Washington, Chicago, Dallas ou encore Atlanta. A New-York il était initialement prévu pour 23h, a été décalé à 20h mardi, après la nuit de manifestations et d’affrontements de lundi. A Santa Monica c’est l’un des couvre-feux les plus stricts du pays qui a été mis en place à partir de 14 heures.

Mais l’instauration de couvre-feu est loin de ralentir la vague de colère qui secoue le pays, et ce sont plusieurs dizaines de milliers de personnes qui ont manifesté et bravé l’interdiction à travers le pays. Ainsi comme le relatent nos camarades de Left Voice - journal frère de Révolution Permanente - : « À New York, les manifestations de mardi ont été les plus importantes, les plus nombreuses jamais organisées depuis le début des révoltes et ce malgré le couvre-feu. Ce sont plus de 10 000 personnes qui ont défilé dans les rues de Manhattan et de Brooklyn. Et au moins 5 000 personnes ont défilé depuis le célèbre ‘Stonewall Inn’ jusqu’au pont de Manhattan en criant « Fuck Your Curfew » (Nique ton couvre-feu) et se sont dirigées vers les rangées de flics qui attendaient de les arrêter, alors que l’horloge approchait de 20 heures. »

« Une heure avant le début du couvre-feu, des milliers de New-Yorkais chantent « Fuck your curfew ». »

« La foule s’étend sur des kilomètres, à perte de vue
Probablement la plus grande manifestation de ce soulèvement, des milliers de personnes se sont rassemblées près du Stonewall Inn ce soir à New York, pour protester et lutter contre les violences policières.
 » A Washington également ce sont plus de 2 000 manifestants qui se sont retrouvés mardi, pour la plus grosse manifestation dans la ville depuis le début du mouvement. Le Washington Post indique ainsi que la foule était composée de lycéens et de familles avec des enfants parfois en bas-âge - et même des couples âgés. Une manifestation très large qui intervient au lendemain de la dernière apparition de Trump, qui a fait disperser des manifestants dans la violence et le gaz pour prendre une photo avec la bible, devant une église. Un épisode qui a beaucoup choqué, alors que 55% des américains rejettent la position de Trump et que 64 % d’entre eux soutiennent les manifestants d’après un sondage Reuter/Ifop repris par USA Today.

Une manifestation massive a eu lieu à Houston, ville d’origine de George Floyd, avec des estimations dépassant les 25 000 personnes d’après le Washington Post. Un groupe d’une cinquantaine de cavaliers noirs ont rejoint la manifestation et les vidéos de leur déambulation sont rapidement devenues virales, l’un d’entre eux portait un t-shirt sur lequel était marqué « Black Cow-Boy Matter », les autres arboraient sur leurs torses une image de George Floyd. A Portland plusieurs milliers de personnes se sont réunies pour une action symbolique, lors de laquelle ils ont bloqué la circulation d’un pont important de la ville, allongés les bras dans le dos comme s’ils étaient menottés. A Hollywood plus de 1000 personnes ont manifesté selon USA Today exigeant la démission de Michael Moore, le chef de la police de Los Angeles, qui a déclaré lundi que les émeutiers et les pillards « capitalisaient » sur le mort de George Floyd.

Ce mardi les soignants étaient aussi nombreux dans la rue, vêtus de blouse et d’équipements de protection, pour eux aussi exiger la fin du racisme systémique. Eux qui ont vu et voient encore le virus infecter et tuer des personnes noires dans le pays à un rythme disproportionné. A New-York certains se sont joints aux manifestants à Times Square, tandis que d’autres se sont alignés dans les rues, devant les hôpitaux, applaudissant les manifestants sur leur passage.

Un travailleur de la santé à New York, en soutien aux protestations contre la brutalité policière et le racisme.

Le couvre-feu : un moyen d’amplifier la répression

Dans plusieurs villes à l’heure du couvre-feu la présence policière a doublé et les arrestations se sont multipliées. Mardi soir la police a procédé à des centaines d’arrestations à Chicago, pendant qu’à Atlanta la police et les militaires ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser une foule nombreuse peu après le couvre-feu de 21 heures. A Charlotte NC une foule de manifestants a été victime de grenades paralysantes, de spray au poivre et des boulettes de poivre indique The New-York Times. Dans cette même soirée à New-York « la police a bloqué des milliers de manifestants sur le pont de Manhattan pendant plus d’une heure et a procédé à des arrestations massives dans toute la ville » expliquent nos camarades de Left Voice. « Le couvre-feu a été instauré au nom de l’ordre public, mais il ne fait que donner à la police le champ libre pour réprimer le mouvement en toute impunité. »

Alors que la mise en place du couvre-feu a été soutenue et appelée par Trump, ce sont les maires des villes qui l’ont appliqué. Et dans de nombreux endroits ce sont des maires démocrates, dont le discours en soutien aux mobilisations se craquelle, à mesure qu’ils mettent en place ces attaques anti-démocratiques, qui ne sont autre qu’« une tentative d’affaiblir le soutien aux manifestations et de diviser le mouvement entre d’un côté les manifestants qui seraient "pacifiques" et respectueux de la loi et de l’autre les manifestants "violents" qui resteraient dans la rue après le couvre-feu. » comme le souligne Left Voice.

Mais la nuit de mardi en a été la preuve, la répression et les couvre-feux n’auront pas raison de la détermination des manifestants ; et alors que de nouvelles journées et nuit de contestation se préparent, les rassemblements de soutien pour exiger justice pour George Floyd se multiplient dans le monde. Dans ce contexte, Donald Trump continue d’agiter la menace d’une reprise en main et du durcissement du maintien de l’ordre par l’envoi de troupes fédérales, possible au travers d’un texte de loi, l’Insurrection Act. Une décision qui constituerait un véritable saut répressif et ouvrirait une crise importante, et dont la question de la probabilité ou non agite le débat public aux Etats-Unis.




Mots-clés

#JusticeForGeorgeFloyd   /    Répression policière   /    Etats-Unis   /    Répression   /    Monde