^

Politique

En direct de Paris

Non au 49.3 ! Plus d’un milliers de manifestants devant l’Assemblée

Mêmes slogans, mais autre cadre. Sur le pont de la Concorde, en face de l'Assemblée Nationale, plus d'un milliers de manifestantes et de manifestants se relaient "pour l'honneur des travailleurs", "même si Macron ne veut pas", depuis 19h pour dire "non au 49.3" et pour réaffirmer leur détermination à continuer le combat contre la réforme des retraites... jusqu'au retrait !

samedi 29 février

Chasubles de la CGT, drapeaux de Solidaires, stickers FO et FSU, des enseignants venus entre collègues, beaucoup de militants du NPA, des cheminots et des agents RATP qui se retrouvent autour de la Coordination RATP-SNCF, mais aussi de nombreux jeunes ou encore des avocats. C’est la foule que l’on retrouve sur le pont de la Concorde, bloqué devant le Palais Bourbon, ce soir.

La présence policière est massive mais, visiblement, des ordres ont été donnés pour garder les matraques rangées derrière les boucliers. C’est la situation en ce moment, peu avant 22h, en plein centre de Paris.

Certains sortent de la nasse mise en place sur le pont alors que d’autres continuent à arriver. Une chose est sûre, loin d’être une démonstration de force, la décision d’Édouard Philippe de dégainer le 49.3 renforce un peu plus l’idée qu’il va falloir au plus vite se retrouver dans la grève, sur la durée, car personne ne veut de la Macronie et de ses contre-réformes.

C’est d’ailleurs ce qu’a souligné Olivier Besancenot, présent au rassemblement, pour RevolutionPermanente.fr, un peu plus tôt.

Et c’est aussi l’occasion d’interpeller de façon unitaire toutes les organisations syndicales, politiques, sociales, les collectifs de grévistes, les gilets jaunes, pour dire que tous et toutes on doit se rassembler, on doit se retrouver pour frapper ensemble et retrouver la possibilité de généraliser la grève plusieurs jours de suite et pas simplement sur un calendrier d’actions étalées dans le temps !

Le gouvernement a choisi le passage en force. Plus que jamais, c’est toutes et tous ensemble qu’il faudra riposter, avec un plan de bataille à la hauteur des enjeux et de la détestation qu’inspire l’exécutif. C’est ce qui devrait être à l’ordre du jour partout où des assemblées générales pourront être organisées dès lundi, sur les lieux de travail et d’étude. C’est le mandat que doit entendre l’intersyndicale qui a affirmé par la voix de Philippe Martinez qu’elle se réunirait lundi matin. Et pour cause, on ne saurait attendre le 31 mars et respecter la « trêve électorale des municipales » (qui seront salées pour la Macronie) pour frapper à nouveau un grand coup.




Mots-clés

Macronisme   /    Réforme des retraites   /    Emmanuel Macron   /    Politique