^

Société

Témoignage

« Nos forces de l’ordre je ne peux plus les voir ! » GJ et assistante maternelle, comment sa vision a changé

Voilà je me présente. Je m’appelle Stéphanie, j’ai 44 ans, mariée 2 enfants 14 et 17 ans. Je suis assistante maternelle et habite dans l’Eure. Tout a commencé pour moi le 17 Novembre 2018. Je n’avais jamais manifesté avant ce jour.

vendredi 3 mai

Au début, j’y suis allée pour comme on dit « la goutte d’eau qui fait déborder le vase » : L’ ESSENCE ! Mais aussi toutes ces taxes et le coût de la vie qui ne fait qu’augmenter et plus précisément la nourriture. Je fais un plein par semaine de courses de 170€ minimum sans compter les petits à-côtés, et pourtant je suis quelqu’un qui cuisine beaucoup, donc que des produits frais. Mais ce n’est plus possible.

« Ce qui m’a fait y retourner c’est cette répression policière »

Ensuite, ce qui m’a fait y retourner c’est cette répression policière. Une provocation comme on ne peut l’imaginer. J’ai vu des choses que je n’aurais jamais imaginées. Nous nous faisons gazer sans raisons. Alors oui j’utilise ce mot « gazer », ça choque beaucoup de monde mais c’est du gaz lacrymogène donc je ne vois pas quel autre mot je pourrais utiliser. Il n’est pas approprié que pour le gazage à l’époque de la guerre mondiale.

Il y a 15 jours, l’acte 22 à Paris, c’était un samedi de terreur pour moi. Nous avons suivi la manifestation déclarée puis nous avons été gazés pour couper le cortège. Puis nous avons été encerclés par gendarmes, CRS et la BAC, gazés au maximum. Un responsable de la manifestation nous a demandé de nous calmer, qu’ils allaient ouvrir pour nous laisser passer et rejoindre République d’ici 5 minutes, mais au bout de 30 minutes nous y étions toujours. Comment garder son calme quand vous vous faites gazer sans raisons pendant une demi-heure. Ils nous ont fait enrager comme des chiens et après ils s’étonnent que nous soyons violents !

Enfin, nous avons réussi à rejoindre République et de 15h à 18h, c’était d’une violence inoubliable : LBD, gaz, matraquage... nous ne pouvions plus sortir, nous étions enfermés et des gilets jaunes voulaient eux rentrer sur la place mais c’était interdit. Tout ça pour ne pas montrer que nous étions très très nombreux, une marée humaine ! A 18h nous avons été dirigés vers le métro !!!

Donc toute cette répression me fait y retourner !

« Les médias indépendants font un travail extraordinaire car grâce à eux la vérité est montrée »

Quand je discute avec mon entourage, les personnes ne me croient pas, car effectivement aux informations on ne le montre pas ! Si on ne va pas sur les sites internets et réseaux sociaux, on ne le sait pas.

Les médias indépendants font un travail extraordinaire car grâce à eux la vérité est montrée. Pas sur les chaînes puisque tout est dirigé par notre gouvernement donc je pense qu’il faudrait s’attaquer peut être à cette base là...

Mes revendications premières sont l’injustice sociale ; dans tout ça je mets les fraudes fiscales, la justice, les complots... Ensuite je souhaiterais la suppression du CICE. Les petites entreprises galèrent, alors que les grosses ne paient pas d’impôts ou peu. Interdiction de licencier si la société fait des bénéfices. Car généralement c’est pour que les actionnaires s’en foutent encore plus dans les poches. Rétablir l’ISF bien évidement. Arrêter de toucher aux retraités et donc l’âge bien évidement. Le climat ahhhh le climat on en parle... avec un tel gouvernement cela ne se fera jamais, car les plus grands pollueurs sont les potes à Macron ! On nous demande à nous particuliers de faire des efforts de tri, pas de soucis mais si déjà les grosses entreprises limitaient le plastique, déjà ça serait un grand pas !

Je suis sûre d’oublier plein de choses, mais en premier c’est ce qui me vient à l’esprit.

« Nos forces de l’ordre, maintenant je ne peux plus les voir ! »

Pour ce qui est de nos forces de l’ordre je n’ai jamais été contre eux, bien au contraire, mais maintenant je ne peux plus les voir ! Le mot est fort mais après tout ce que j’ai pu voir ce n’est plus possible. On me dit qu’ils obéissent aux ordres... alors est-ce que traîner une femme par les cheveux, taper sur une personne âgée, un handicapé, c’est dans les ordres ? Je ne pense pas ! Et là j’ai de la COLÈRE !

C’est notre gouvernement qui nous a fait les détester, et pourtant on fait aussi ça pour eux, pour qu’ils aient plus de moyens, mais ça ils ne le comprennent pas !

« Jamais je n’aurais imaginé un jour en arriver là, à être tous les samedis en manifestation »

Voilà en fait mon ressenti, je ne reconnais plus mon pays, jamais je n’aurais imaginé un jour en arriver là, à être tous les samedis en manifestation, et ce n’est pas une partie de plaisir, je ne vois plus mes enfants, je ne fais plus rien chez moi et je suis fatiguée. Cette situation m’obsède, je ne pense qu’à ça, je ne parle que de ça. Avant le 17 novembre, je ne voyais pas tout ça, mon mari l’avait vu lui depuis longtemps. Nous avons eu beaucoup de conflits d’ailleurs à ce sujet là, il ne comprenait pas que je regarde BFM même si je lui disais que cela n’avait aucun impact sur moi mais en fait SI, les médias sont très forts pour ne nous montrer que ce qu’ils veulent, ce n’est pas la vérité. Nous avons failli nous séparer à cause de ça, trop de disputes, je ne voyais rien ! Mais voilà, il a fallu que je descende le 17 novembre dans la rue pour le voir de mes propres yeux.

Donc pour terminer j’aimerais tellement que les gens descendent, avec ou sans gilets jaunes, pour qu’ils se rendent compte par eux même de notre colère.

Pour nous faire parvenir vos témoignages, coups de gueule... écrire à siterevolutionpermanente@gmail.com.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Témoignage   /    Histoires de femmes   /    Répression   /    Société