^

Jeunesse

Ecologie anticapitaliste

Occupation, débats et convergence avec les grévistes : Youth for Climate appelle à une journée de mobilisation

Samedi Youth For Climat appelle à une journée de mobilisation écologiste à Paris. Au programme, l'occupation d’une place centrale de la capitale, la convergence avec les grévistes de Biocoop, ou encore un débat avec le syndicaliste Anasse Kazib à l'aune d'une crise économique sans précédents pour lier écologie et anticapitalisme.

samedi 26 septembre

Crédit photo : AFP

Ce samedi Youth For Climate inaugure la rentrée des mobilisations pour l’environnement, dans la continuité de celle qui ont traversé le monde en 2019. L’appel de Youth For Climate a été suivi dès ce vendredi dans plusieurs villes comme Toulouse ou Grenoble, et doit se poursuivre ce samedi dans la capitale.

Youth For Climate Paris appelle donc à une occupation d’une place centrale de la capitale qui n’est pas encore connue à l’heure actuelle. Cet appel s’inscrit dans un contexte post-confinement d’offensive sécuritaire et réactionnaire du gouvernement qui laisse craindre une possible répression de l’occupation, deux semaines après que les gilets jaunes aient subi la répression policière à Paris.

La rentrée 2020 de Youth For Climate se démarque par l’ambition d’un programme de débat, autour de la crise économique, sanitaire et de ses répercussions sociales. Dans ce programme, Anasse Kazib, cheminot et militant à Révolution Permanente, interviendra sur l’actualité du syndicalisme, à 16 heures. Il pourra faire part de son expérience, en tant que figure de la grève contre la réforme des retraites, qui a participé à impulser la coordination RATP-SNCF pour doter les travailleurs du transport en Île-de-France d’un outil d’auto-organisation représentatif et démocratique à même de faire face au gouvernement.

Ce débat sera l’occasion d’aborder le rôle de la classe ouvrière dans la résolution de la crise climatique auprès de nombreux nouveaux jeunes militants. Il sera aussi l’occasion de poser le débat sur l’avenir de plusieurs filières industrielles, dont l’aéronautique, menacée par la crise économique, dans lesquels les questions de transition écologiques prennent une place importante quant au possibilité de reconversion des usines et outils de production.

Youth For Climate Paris a également appelé à rejoindre les piquets de grève des jeunes travailleurs de Biocoop, ouvrant la discussion sur l’impossible capitalisme vert et les conséquences de la crise économique pour des milliers de jeunes précarisés. Et pour cause, avec la victoire électorale d’EELV aux élections municpales et le tournant assumé vers la droite de Yannick Jadot, il est nécessaire de se poser la question de quelle écologie veut-on, en particulier en refusant l’écologie libérale et en dénonçant les opérations de Greenwashing à but lucratif. A l’instar de Total qui prétend faire de l’écologie en licenciant les travailleurs de la raffinerie de Grandspuits, alors même que la multinationale est impliqué dans des opérations de déforestation massive dans des réserves en Ouganda et que les opérations de raffinage seront délocalisées dans des pays où le coût du travail est plus faible.

Pendant le confinement, l’arrêt brutal de la production qui a fait chuter les émissions de CO2, a démontré que le mode de production capitaliste est la principale cause du réchauffement climatique. De même, un rapport d’Oxfam démontre que les 1 % les plus riches pollue autant que la moitié de la population mondiale. Ainsi pour la jeunesse mobilisée sur les questions écologistes, la rentrée ne peut que s’effectuer sous le prisme des questions sociales, et de leur lien avec la résolution de la crise environnementale. Autant de raison pour que le mouvement ouvrier et l’extrême-gauche se saisisse de l’opportunité pour incarner un projet de société alternatif au système capitaliste, qui réponde aux préoccupations d’une jeunesse désabusée par l’avenir qu’on lui promet.




Mots-clés

Catastrophe écologique    /    Ecologie   /    Jeunesse