×

Nucléaire

Offensive contre la CGT énergie : « ce sont eux qui nous menacent depuis trop d’années »

Face à l’annonce de la CGT Énergie de couper l’électricité en ciblant des élus favorables à la réforme des retraites, la macronie et la droite ont dénoncé des « menaces ». Entretien avec Nicolas Dessertenne, secrétaire général CGT de la centrale nucléaire de Gravelines, qui revient sur le plan de bataille pour les faire reculer.

Gabriel Ichen

17 janvier

Facebook Twitter

Crédit photo : France Télévisions

Révolution Permanente : Des élus de la macronie et de la droite comme Eric Ciotti ont dénoncé des « menaces » suite à l’annonce de la CGT FNME de coupures d’électricité ciblées, et le gouvernement commence déjà à s’attaquer aux futurs grévistes, que leur répondez-vous ?

Nicolas Dessertenne : Ces attaques de la part du gouvernement ne datent pas d’aujourd’hui. Je rappelle que quatre collègues de RTE ont été interpellés chez eux pour des actions menées lors de grève. La DGSI est arrivée chez eux et a procédé à une confiscation de matériel informatique etc. Si aujourd’hui le gouvernement réagit de la sorte c’est parce que le secteur de l’énergie a une force de frappe importante et le gouvernement en est conscient. Ils vont essayer de nous faire peur mais on est déterminés et on ne se laissera pas intimider. Ce sont eux qui nous menacent depuis trop d’années.

RP : Il y a eu des grèves importantes pour les salaires dans les centrales nucléaires cet automne et vous aviez arraché des augmentations. Comment vous voyez la mobilisation du 19 janvier à Gravelines ? Quel est l’état d’esprit dans la centrale avant la bataille ?

NS : On pense que la grève sera massivement suivie jeudi. C’est un appel intersyndical large pour imposer un jeudi noir dans les entreprises et dans la rue. C’est la première journée jeudi et il faut taper fort pour montrer au gouvernement qu’on ne se laissera pas faire. On va tous être impactés par cette réforme. Ca fait plus d’une semaine maintenant que je reçois des prestataires de l’entreprises (agents qui ne sont pas EDF) et ils vont aussi nous suivre et se mobiliser jeudi.

Cette semaine on a décidé d’être sur le terrain, on va parler à tous les agents pour expliquer l’importance de cette grève. Début de semaine prochaine va organiser une assemblée générale du personnel pour discuter et organiser les suites de la mobilisation. L’objectif est de monter en puissance à partir de la semaine prochaine. On était en réunion la semaine dernière on veut pas faire un appel par semaine on veut taper fort et vite et pour ça il faut des grèves reconductibles du jour au lendemain combinées à des actions pour pouvoir aussi surprendre le gouvernement.

Canal Telegram : @revolution_permanente

RP : La CGT FNME a appelé à la reconductible et s’est dite « intéressée » par le plan de bataille proposé par les raffineurs de « 24-48-72h ». C’est quoi pour vous le plan de bataille qui permettrait de gagner ?

NS : Le plan de bataille dans les centrales nucléaires est clair : nous appelons tous les agents à se mobiliser dans la rue et par la grève. Nous sommes conscients de l’impact qu’on a eu avec les arrêts de tranches (arrêts de réacteur nucléaire). Cela nous permet de peser et d’installer un rapport de force. Lors de la dernière vague de grève pour les salaires il y a eu pas moins de 19 arrêts de tranches (arrêt de réacteur nucléaire). Notre mot d’ordre est de taper au portefeuille de l’entreprise tout en ayant un minimum d’impact pour les usagers, pour les hôpitaux, les artisans qui aujourd’hui sont fortement impactés par la hausse des prix de l’électricité.

Ensuite, il va falloir absolument se coordonner pour gagner avec l’ensemble des travailleurs mais aussi avec les jeunes. Si on se bat c’est aussi pour que nos jeunes aient une retraite décente et à un âge décent. Sans convergence de l’ensemble du monde du travail et de la jeunesse ce sera plus difficile de gagner.

RP : Aujourd’hui il y a encore des mobilisations pour les salaires. Est-ce que la mobilisation contre la réforme des retraites qui s’annonce massive n’est pas aussi l’occasion de porter d’autres revendications, sur les salaires et contre l’inflation notamment ?

NS : Bien sûr. La réforme des retraites touche tout le monde mais la question des salaires aussi avec l’inflation. C’est en luttant ensemble qu’on pourra arracher de véritables augmentations de salaires. Il faut une convergence des secteurs mais aussi une convergence des revendications qui sont les mêmes dans toutes les entreprises. Les deux revendications contre la réforme des retraites et pour les salaires sont totalement liées et c’est avec un mouvement large et reconductible qu’on pourra les porter.


Facebook Twitter
Etampes. Grève des chauffeurs de bus : « on appelle les autres dépôts à nous rejoindre »

Etampes. Grève des chauffeurs de bus : « on appelle les autres dépôts à nous rejoindre »

« Notre lutte est légitime » : face à la répression, les Transdev Coubron et Chelles tiennent bon

« Notre lutte est légitime » : face à la répression, les Transdev Coubron et Chelles tiennent bon

« Ils ne proposent que des miettes » : deuxième semaine de grève à Transdev Coubron et Chelles

« Ils ne proposent que des miettes » : deuxième semaine de grève à Transdev Coubron et Chelles

Le nombre de salariés payés au SMIC n'a jamais été aussi élevé

Le nombre de salariés payés au SMIC n’a jamais été aussi élevé

Les voies jaunes : un film qui fait entendre la France des Gilets jaunes

Les voies jaunes : un film qui fait entendre la France des Gilets jaunes

Uber Eats : les livreurs appellent à la grève ce weekend contre la baisse de leur rémunération

Uber Eats : les livreurs appellent à la grève ce weekend contre la baisse de leur rémunération


« Il faut élargir et coordonner » : des travailleurs des transports en soutien aux grévistes de Transdev

« Il faut élargir et coordonner » : des travailleurs des transports en soutien aux grévistes de Transdev

Woippy. Grève victorieuse pour les livreurs de la sous-traitance d'Amazon

Woippy. Grève victorieuse pour les livreurs de la sous-traitance d’Amazon