^

Notre classe

10% d'augmentation !

« On est en colère, on va aller réclamer notre dû ! » : grève mardi à Air France pour les salaires

Les salariés d’Air France seront en grève ce mardi, ils réclament une augmentation d’au moins 10 %. Le mouvement s’est déclenché suite aux annonces de la direction concernant les salaires.

mercredi 21 septembre

Alors que l’inflation continue de progresser en France, la question des salaires est plus brûlante que jamais. Alors qu’elle a atteint les 6,1% en juillet, de nombreuses grèves éclatent sur cette question, avec comme revendication centrale une hausse des salaires. C’est le cas des salariés d’Air France, dont les salaires sont gelés depuis 10 ans, et qui seront en grève ce mardi 20 septembre.

Alors que la situation se tend de plus en plus entre la direction et les salariés, le patronat a annoncé une prime de 1 000 € en octobre, ainsi qu’une augmentation de 5 % des salaires, répartis sur plusieurs mois : 2 % en novembre, 2,5 % en février 2023, puis 0,5 % en mai. Au regard des bénéfices d’Air France (928 millions au premier semestre 2022), cette proposition est une insulte envers les salariés.

Le 15 septembre, suite aux annonces de la direction, des salariés d’Air France se sont donc réunis en assemblée générale, sur le site d’Orly et de Villeneuve-le-roi, à l’appel d’une intersyndicale composée de la CGT Air France et de SUD aérien. « Depuis de trop nombreuses années l’ensemble des salariés d’Air France voit le prix de son travail, et en conséquence de son pouvoir d’achat, érodé par l’inflation qui n’a de cesse d’augmenter de manière exponentielle en cette période, et sans qu’il soit revalorisé à sa juste mesure » peut-on lire dans le communiqué.

A l’issu de cette première rencontre, les salariés ont décidé d’appeler à de nouvelles assemblées générales et à faire grève ce mardi. Ils exigent une augmentation générale des salaires de 10 %, avec un minimum de 300 € net par mois, ainsi qu’une prime immédiate de 3 000 €. C’est ce que nous explique Patrick, personnel au sol et travailleur dans la logistique, qui est chez Air France depuis 30 ans et militant chez SUD aérien : « On est en colère face à la proposition de la direction. En réalité, elle ne représente que 2 % pour 2022, et, quand on voit l’inflation, c’est largement insuffisant. Ça fait 10 ans que nos salaires sont gelés, c’est plus possible, ça fait un mois de salaire en moins ».

Pour le moment, l’heure est à préparer la bataille. Si les salariés ont prévu de faire grève dès mardi, l’objectif est surtout d’aller convaincre un maximum de collègue de rejoindre le combat. Les travailleurs des sites d’Orly et de Villeneuve le roi se réuniront à nouveaux en assemblée générale ce mardi, et ceux de Roissy feront de même de leur côté. Pour Patrick, qui travaille sur le site de Roissy, il y a urgence à se mobiliser : « Il faut qu’on aille réclamer notre dû ! Surtout que les mois qui arrivent vont être encore plus durs, avec l’explosion des prix de l’énergie, l’hiver va nous faire très mal. Si la direction nous lâche ces miettes, c’est qu’elle peut nous donner bien plus. Et on mérite plus ! ».

Le climat social se réchauffe à l’approche de l’hiver, si la direction d’Air France lâche des premières miettes à ses salariés, c’est bien par crainte d’un embrasement de l’aéroport. En juin dernier déjà, une grève intersectorielle pour exiger 300 euros d’augmentation pour toutes et tous avait frappé à Roissy. « C’est clair que la direction craint un mouvement social alors que le trafic aérien est reparti en flèche explique Patrick. Ces 5 % d’augmentation sont significatifs, on n’a pas vu ça depuis des années. Les patrons voient bien que la situation est explosive, il n’y a qu’a regarder en Angleterre. »

Déjà la semaine dernière, 50 % des vols en France métropolitaine mais aussi en Outre-mer étaient annulés par la grève des aiguilleurs du ciel qui réclament des augmentations de salaire, provoquant la colère des compagnies aériennes. La crise actuelle touche l’ensemble du monde de travail, et comme le dit Patrick : « il faut réussir à convaincre tous les secteurs de se battre. On appelle aussi à la grève pour la journée du 29 septembre, qui pourrait être l’élément déclencheur d’un mouvement général »



Mots-clés

salaires   /    Inflation   /    mouvement ouvrier   /    Air France   /    Notre classe