^

Politique

Macron en campagne

« On est là ! » Le coup de comm’ de Macron dans le Lot perturbé par des Gilets jaunes

En plein coup de comm’ dans Le Lot, Macron s’est fait interpeller à plusieurs reprises par des passants dénonçant sa politique. Par le chant « On est là », ils ont ravivé un instant le souvenir pénible des Gilets Jaunes pour le Président qui espérait une visite sans accroc censée clôturer le chapitre de la crise sanitaire.

jeudi 3 juin

Crédits photo : AFP / Lionel BONAVENTURE

"Heureusement que vous partez bientôt !" est une phrase qui résume bien ce qui a troublé l’arrivée du Président dans la commune de Martel ce jeudi. En pleine coup de comm’, Macron s’est fait harangué par quelques habitants qui n’ont pas manqué de lui rappeler les conséquences de sa politique, certains se revendiquant des Gilets jaunes, mouvement traumatisant pour le Président.

« J’ai des enfants qui sont au plus mal, ils y ont cru au système, je leur ai payé des études, ils sont au chômage et se sont rapatriés dans cette belle région parce que j’ai un toit sur la tête qui leur permet d’être à l’abri ! » a témoigné un habitant, mettant le doigt sur la réalité de la crise économique.

Profitant de cette interpellation, un jeune homme l’a ensuite interrogé sur la mort du jeune Steve Maia Caniço, noyé après une charge de police : « Où est Steve monsieur Macron, où est Steve ? Il est mort ! »

Faisant notamment allusion à la Loi sécurité globale, un Gilet jaune témoigne de sa lassitude vis-à-vis des opérations séduction de Macron, qu’il a vécu au moment du Grand débat en 2018 : « Tenez compte qu’il y a une telle déconnexion avec les gens […] de plus en plus de gens pensent que nous ne sommes plus en démocratie ».

Ne souhaitant pas donner quelconque crédit à ceux qui voudraient gâcher ce moment sacré de bain de foule, Macron a cherché ensuite à prendre du recul : « Il y a des colères qui s’expriment, c’est normal. Que des gens ne soient pas d’accord avec ma politique, c’est notre pays. L’unanimité n’excite pas dans notre démocratie, la possibilité que chacun puisse s’exprimer, c’est une bonne chose ».

Par la suite, Macron a une nouvelle fois fait preuve de son mépris habituel. "Vous êtes quand même gonflés" affirme-t-il à un homme qui l’interroge sur son bilan et en particulier la hausse de la CSG. "Je fais ce que j’ai dit dans mon programme, vous gueulez, on corrige. Vous êtes quand même tordu". Son interlocuteur finit par s’exaspérer devant cette arrogance et lui rétorque que "plus tordu qu’un politique c’est pas possible". Et le président de répondre en toute incohérence : "Je sais pas, j’ai pas fait de politique avant, j’en ferai pas après".

Ce léger incident au chant de « On est là » rappelle néanmoins que les conséquences des attaques anti-sociales à répétition sont loin de se régler par coups de comm’, n’en déplaise à Emmanuel Macron.




Mots-clés

Présidentielles 2022   /    Gilets jaunes   /    Emmanuel Macron   /    Politique