×

A la poubelle

« On n’appelle pas à ce type d’action » : Berger attaque la grève des éboueurs aux côtés du gouvernement

Interrogé ce dimanche sur BFM à propos de la grève des éboueurs, Laurent Berger s’est désolidarisé des grévistes. Une position scandaleuse qui rappelle que la CFDT s’oppose toujours fermement à la généralisation de la grève reconductible.

Nathan Deas

13 mars 2023

Facebook Twitter
« On n'appelle pas à ce type d'action » : Berger attaque la grève des éboueurs aux côtés du gouvernement

« Quand les éboueurs font grève, les orduriers sont indignés » [1]. Les déchets s’amoncellent et les responsables politiques s’en mêlent. Ce lundi, huitième jour de grève des éboueurs contre la réforme des retraites, de nombreuses rues de Paris sont jonchées de détritus. Pour cause, trois usines d’incinération aux portes de la capitale sont toujours à l’arrêt, mouvement de grève oblige. De quoi provoquer, chez le gouvernement et ses soutiens, cris d’orfraies et lamentations sonores.

Sur Twitter, dimanche, Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, ouvre le bal des « indignés ». « 7ème jour sans ramassage des poubelles. Puanteur et pourrissement. Aucune mesure d’urgence, même partielle, décidée par la Ville de Paris. Enième exemple d’inaction et de mépris des Parisiens ». Quelques heures plus tard, lundi matin, le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal lui emboîte le pas sur France Inter. Face « au problème de sécurité et de salubrité publiques », il appelle à « prendre des mesures », y compris la « réquisition ». Rachida Dati, cheffe de l’opposition LR au Conseil de Paris, convoque de son côté la nécessité d’« un service minimum pour le ramassage des ordures en cas de grève ».

Or, questionné ce dimanche, sur le plateau de BFM, à propos de cette mobilisation contre la réforme des retraites, Laurent Berger n’a pas manqué de prendre position à son tour… contre les grévistes. Morceaux choisis. « L’intersyndicale n’a jamais appelé à ce type d’action ». « La CFDT ne participe pas au mouvement sur les déchets. ». « La CFDT n’appelle pas à la reconductible, elle appelle à une journée de mobilisation mercredi ». « La CFDT ne soutiendra jamais aucune atteinte aux biens et aux personnes ». Des déclarations scandaleuses, qui font écho à celles du gouvernement et ses soutiens.

Une condamnation qui illustre, une fois de plus, l’opposition de la CFDT à la généralisation de la reconductible. En effet, le dirigeant de la CFDT et sa condamnation de la grève des éboueurs et de ses conséquences est d’abord un moyen de réaffirmer la ligne rouge de la CFDT sur la question du « blocage » et du « durcissement du conflit ». Une position dans la continuité de la politique que mène le dirigeant de la CFDT depuis le début de la bataille des retraites contre la généralisation de la reconductible, qui se double cette fois d’une attaque ouverte contre l’aile pro-reconductible du mouvement en cours. Dans la même interview, le dirigeant de la CFDT rappelle d’ailleurs le calendrier de l’intersyndicale qui ne prévoit qu’une « nouvelle grosse journée de mobilisation mercredi » avant de saluer « le calme et la responsabilité dont font preuve la majorité des manifestants depuis le début du mouvement »

Canal Telegram : @revolution_permanente

Alors que différents secteurs du monde du travail se sont lancés dans un mouvement reconductible le soir du 7 mars, les propos de Laurent Berger traduisent la volonté de la CFDT, et sous sa direction de l’intersyndicale, de conserver une simple stratégie de pression, dans la continuité des semaines précédentes. Une logique qui nous mène plus que jamais dans le mur et conduit désormais la CFDT à alimenter l’argumentaire antigrève du gouvernement, donnant du grain à moudre aux attaques de Macron contre les grévistes.

Une position qui va par ailleurs à l’encontre du soutien majoritaire de la population à la reconductible et au blocage du pays, jusque dans des fédérations de la CFDT comme la CFDT Cheminots. En ce sens, il est urgent que la base dénonce ces sorties et exige de ses dirigeants et de l’intersyndicale la construction d’un plan de bataille pour la reconductible. Pour cela, il est fondamental de travailler partout à l’auto-organisation et à la coordination des grévistes pour imposer à la fois un appel clair à la reconductible mais aussi l’élargissement du programme revendicatif à la question salariale, seul moyen de faire entrer dans la bataille l’ensemble des secteurs de notre classe. Les éboueurs en grève montrent la voie. Pour mettre la réforme des retraites à la poubelle, il y a urgence à bloquer le pays !

[1] Jacques Prévert, Choses et autres, 1972.


Facebook Twitter
Anasse Kazib convoqué par la police : « une procédure politique contre des dizaines de soutiens de Gaza »

Anasse Kazib convoqué par la police : « une procédure politique contre des dizaines de soutiens de Gaza »

L'université de Lille annule la conférence de LFI sur la Palestine après une campagne autoritaire

L’université de Lille annule la conférence de LFI sur la Palestine après une campagne autoritaire

Jeux Olympiques : le budget explose pendant que le gouvernement prépare l'austérité

Jeux Olympiques : le budget explose pendant que le gouvernement prépare l’austérité

Lidl : comment l'entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Lidl : comment l’entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

100 jours d'Attal : la dette et les européennes réactivent le spectre de la crise politique

100 jours d’Attal : la dette et les européennes réactivent le spectre de la crise politique

Jeux olympiques : l'État jette à la rue 450 migrants hébergés à Vitry

Jeux olympiques : l’État jette à la rue 450 migrants hébergés à Vitry

 « Dette » et « guerre » : double matraquage et attaques en préparation

« Dette » et « guerre » : double matraquage et attaques en préparation

Mort de Shemseddine : non aux mesures répressives, il faut des moyens pour la jeunesse !

Mort de Shemseddine : non aux mesures répressives, il faut des moyens pour la jeunesse !