×

Saint-Charles rejoint le mouvement

« On ne paiera pas la crise ! » : Réunis en AG, les étudiants marseillais rejoignent la mobilisation

Ce mercredi 25 janvier, une centaine de personnes se sont réunies en Assemblée Générale à l’université Saint-Charles contre la réforme des retraites. Les étudiants y ont voté l’organisation d’un cortège à la manifestation du 31 janvier, suivie d’une nouvelle AG sur le campus Saint-Charles.

Anna Nolite

28 janvier 2023

Facebook Twitter

Crédits photo : Révolution Permanente

« Les étudiants rentrent en général plus tard dans la vie active, et 64, 65, 66 et 67 ça nous parait vraiment loin… » s’inquiétait Manon, étudiante à la fac Saint-Charles au micro de Révolution Permanente la semaine dernière. Sur le campus, nombreux sont les étudiants qui s’opposent à la réforme des retraites : « les étudiants on a été complètement délaissés pendant le Covid. Ce n’est pas à nous de payer la crise ! » dénonçait Léa, étudiante en droit.

Suite à la manifestation massive du 19 janvier contre la réforme des retraites, où près de 140 000 personnes ont battu le pavé à Marseille, une première AG avait été impulsée à l’université Saint-Charles. Ce mercredi, ce sont près de 100 étudiants et personnels qui ont répondu à l’appel.

La discussion s’est ouverte autour la réforme des retraites et l’attaque qu’elles représentait envers les jeunes. Mais d’autres préoccupations ont rapidement émergé dans les débats, comme la précarité à laquelle de nombreux étudiants sont exposés face à l’inflation, ou encore les nombreuses lois sélectives comme l’instauration de Parcoursup promulguées par le gouvernement ces dernières années.

Dans une discussion ouverte sur les questions de répression, des étudiants ont notamment abordé le durcissement des politiques xénophobes du gouvernement, en évoquant le projet de Loi Immigration porté par Darmanin tandis que certains d’entre eux sont revenus sur la répression policière subie par les étudiants mobilisés à l’EHESS cette semaine, ou encore l’évacuation de l’Assemblée Générale à Strasbourg le 19 janvier dernier.

C’est dans ce sens qu’a été débattu l’installation de portiques de « sécurité » devant l’accueil du campus par la direction de l’université, qui induit que chaque entrée et sortie dans la fac est désormais conditionnée par la validation de la carte étudiante. Des mesures sécuritaires pour lesquelles le présidence n’a pas hésité à à mettre la main à la poche, et qui contrastent avec le manque de mesures à destination des étudiants précaires de l’université.

L’Assemblée Générale s’est conclue autour d’un positionnement clair pour plusieurs revendications : la retraite à 60 ans, une augmentation immédiate des salaires ainsi que la mise en place d’un revenu jeune. Une étudiante en orthophonie et militante au Poing Levé expliquait que l’élargissement du programme est un enjeu important pour massifier la mobilisation : « pour toucher les étudiants, celles et ceux qui travaillent et les convaincre de lutter, c’est une société émancipatrice et désirable qu’il faut défendre ».

Cette semaine, les initiatives qui ont émergé dans les universités qui se couple avec de nouveaux appels au blocage des lycées pour le 30 et le 31 janvier sont des premiers symptômes encourageants dans la construction d’une véritable mobilisation dans la jeunesse, elle-même un enjeu clé pour construire un rapport de force contre le gouvernement dans l’actuelle bataille contre la réforme des retraites. Dans cette perspective, le comité de mobilisation de l’université Aix-Marseille devra s’atteler, dans les jours à venir, à construire le mouvement au quotidien sur le campus, avec en premier lieu le cortège unitaire de jeunesse pour la manifestation du 31 janvier.

Pour la manifestation du 31 janvier, le rendez-vous est donné à 10 heures devant la faculté Saint-Charles, pour un départ en manifestation à 10h30 aux Réformés et un retour à Saint-Charles à 15 heures pour une nouvelle Assemblée Générale.


Facebook Twitter
Palestine : les étudiants de l'ENS organisent un campement à Ulm contre le génocide

Palestine : les étudiants de l’ENS organisent un campement à Ulm contre le génocide

Burger King, Auchan, Boulanger, Société Générale : entreprises complices d'Israël, hors de nos facs !

Burger King, Auchan, Boulanger, Société Générale : entreprises complices d’Israël, hors de nos facs !

Lock-out : l'EHESS fermée administrativement pour empêcher la mobilisation pour la Palestine

Lock-out : l’EHESS fermée administrativement pour empêcher la mobilisation pour la Palestine


Comparution immédiate dès 16 ans : Attal précise son offensive contre les quartiers populaires

Comparution immédiate dès 16 ans : Attal précise son offensive contre les quartiers populaires

« Cessez-le-feu » : À l'AG des écoles d'art, les étudiants veulent étendre le mouvement contre le génocide

« Cessez-le-feu » : À l’AG des écoles d’art, les étudiants veulent étendre le mouvement contre le génocide


 « On faisait du 40h par semaine sans être payé ». Témoignages de lycéens de stage hôtelier

« On faisait du 40h par semaine sans être payé ». Témoignages de lycéens de stage hôtelier

Les partenariats universitaires avec Israël, ou la nouvelle cible stratégique des étudiants pro-Palestine

Les partenariats universitaires avec Israël, ou la nouvelle cible stratégique des étudiants pro-Palestine

Pour les Jeux Olympiques, le gouvernement veut éloigner les jeunes du 93

Pour les Jeux Olympiques, le gouvernement veut éloigner les jeunes du 93