^

Notre classe

Contre l’ouverture à la concurrence

« On ne s’est pas battus pour avoir des miettes » ! Les grévistes de Transdev rassemblés devant IDF Mobilités

Après 3 semaines de grève reconductible, les conducteurs de Transdev se sont rassemblés devant IDF Mobilités pour exiger de meilleures conditions de travail et mettre la pression sur la région Ile-de-France complice de l’ouverture à la concurrence des réseaux de transports.

jeudi 23 septembre

Depuis le 2 septembre, les conducteurs de Transdev sont en grève reconductible pour s’opposer aux dégradations de leurs conditions de travail par de nouveaux contrats toujours plus précaires. En cette troisième semaine, de plus en plus de dépôts rejoignent la lutte intense, jusqu’à atteindre les 100% de taux de grévistes dans certains d’entre eux, pour refuser l’exploitation et les conditions de travail misérables qui sont la conséquence de l’ouverture à la concurrence.

Aujourd’hui la grève continue de s’étendre, et chaque rassemblement est une occasion pour les grévistes de se soutenir et s’organiser. Récemment, ce sont les dépôts de Marne la Vallée et de Nemours qui ont débrayé et ont rejoint la grève. Une colère désormais partagée au-delà de la région parisienne avec notamment des appels à la grèves dans des dépôts de Reims ou à Grenoble au sein de l’entreprise Semitag.

Ce matin 100 personnes, grévistes – syndiqués ou non – de différents dépôts ainsi que des élus et soutiens étaient rassemblées devant la direction d’Ile de France Mobilité pour exiger notamment la désignation d’un médiateur, alors que Transdev refusait jusque-là toute communication avec les grévistes. C’est ce qu’ils ont obtenu au terme d’une réunion entre la direction d’IDFM et une délégation de grévistes, non sans mépris de la part de Valérie Pécresse qui exigeait des salariés qu’ils l’appellent « Madame la Présidente ». Mais les grévistes ont surtout souligné leur refus de céder face à la direction, rappelant qu’ils ne "se sont pas battus pour des miettes" et qu’ils continueront jusqu’au bout.

A l’issus de cette journée, les grévistes sont plus que jamais déterminés à aller jusqu’au bout, et appellent tous leurs collègues des transports, du ferroviaire, du public comme du privé, à les rejoindre dans cette lutte contre l’ouverture à la concurrence et à une exploitation toujours plus intense et décomplexée. C’est en ce sens qu’est organisée lundi à 10h une rencontre de l’ensemble du réseau des transports de région parisienne – public et privé – pour chercher à étendre la grève des Transdev, la visibiliser et la consolider par la coordination des différents dépôts, tout en discutant d’un plan de bataille contre l’ouverture à la concurrence généralisée et en préparant la journée de mobilisation nationale du 5 octobre.




Mots-clés

Transdev   /    Grève   /    Notre classe