×

Grève pour les salaires

« On réclame une augmentation à hauteur de l’inflation » : préavis de grève illimitée chez Véolia Eau

Mardi dernier, l'intersyndicale FO-CFDT du géant français de l'énergie Veolia a déposé un préavis national de grève illimitée pour l’augmentation des salaires. Face à l’inflation et au mépris de la direction, les grévistes sont déterminés à arracher une augmentation significative des salaires.

Maïa Maros

3 mars 2023

Facebook Twitter

Le mouvement de grève entamé ce mardi par les travailleurs de l’entreprise de traitement et de gestion de l’eau Veolia Eau, s’inscrit dans le cadre des NAO (Négociations Annuelles Obligatoires) et fait suite au refus de la direction de proposer des augmentations de salaires significatives. En effet, alors que les syndicats (FO et CFDT) revendiquent une augmentation générale à hauteur de 6 %, la proposition de la direction stagne à 2%. «  Nous ne pouvons pas sacrifier les salariés, on réclame une augmentation à hauteur de l’inflation » réagit Benoit Bernard, délégué syndical du sud-ouest de Force Ouvrière.

« Quand on va faire les courses, avec 100 €, y a rien dans le caddie. Ce n’est plus tenable pour les petits salaires » déclare de son côté, Eric Casse, délégué syndical FO de l’Hérault. Face à une inflation mesurée à 6,2 % en février 2023 sur an (INSEE), les travailleurs du géant français Véolia s’organisent pour arracher à leur direction des augmentations significatives.

« Après deux journées de négociations avec la direction, on allait nulle part  » explique Benoît. De quoi pousser l’intersyndicale FO et CFDT à déposer ce mardi un préavis de grève illimité et les salariés à entamer un mouvement de grève à l’échelle nationale en début de semaine. Sur plusieurs sites du groupe, notamment en Lorraine, à Narbonne ou encore en région parisienne où une dizaine d’employés ont débrayé quelques heures, la mobilisation s’annonce suivie. Mais c’est dans le sud-ouest que le mouvement est pour l’heure le « plus massif » selon le syndicaliste. Près d’une centaine de grévistes se sont ainsi déclarés sur le site bordelais, soit 80 % des salariés. À Montpellier, les grévistes ont organisé une manifestation devant la direction régionale mardi pour dénoncer une proposition « bien inférieure à l’inflation ».

Si l’augmentation des salaires est le point de départ de cette grève, les raisons de la mobilisation sont nombreuses. Les grévistes dénoncent notamment des conditions de travail « [qui] n’ont cessé de se dégrader ».« Les départs ne sont pas remplacés, les outils de travail, notamment les camions, ne font l’objet d’aucun entretien » confie Joachim Boisard au micro de Sud Ouest. Et de conclure : «  le turnover et le manque de personnel sont constants ».

Alors que la direction ne met sur la table des négociations que des miettes, ce jeudi, Estelle Brachlianoff, directrice générale a déclaré que l’entreprise a connu en 2022 « des résultats records, au-dessus de tous nos objectifs ». En effet, avec 42,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires, c’est une hausse historique de 30 % de ses bénéfices net que l’entreprise a réalisé cette année. Un chiffre qui contraste avec les salaires des travailleurs de l’entreprise, Frédéric Verdier représentant FO du Gard s’insurge : «  Beaucoup d’actionnaires ont bien reçu et nous, par contre, on a été oublié, comme chaque année ».

Dans le climat actuel de mobilisation contre la réforme des retraites, ce préavis de grève illimitée fait écho avec les nombreuses grèves locales sur les salaires. Dans le contexte du mouvement en cours contre la réforme des retraites, il y a urgence à exiger l’élargissement des revendications et à y intégrer les revendications salariales. La division entretenue par l’intersyndicale entre la question des salaires et celle des retraites est contre-productive à plusieurs égards. Sur le temps court, elle aboutit à ce que certains salariés limitent leurs jours de grève contre la réforme des retraites pour s’économiser en vue des grèves pour les salaires. Sur le temps long, elle prive le mouvement en cours de la possibilité d’un élargissement du conflit et de l’entrée dans la bataille de secteurs entiers de notre classe, notamment les plus précaires.

Pour nos retraites et nos salaires, il y a plus que jamais urgence à imposer un autre plan de bataille alliant élargissement des revendications, auto-organisation à la base et grève reconductible.


        
  
  
Facebook Twitter
SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

Toulouse. Marche blanche en mémoire d'Adrien, employé de l'ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Toulouse. Marche blanche en mémoire d’Adrien, employé de l’ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Chambéry. Les parents d'élèves rejoignent la mobilisation en soutien à une enseignante

Chambéry. Les parents d’élèves rejoignent la mobilisation en soutien à une enseignante