^

Du Pain et des Roses

Tant qu'il le faudra

"On veut pas de féminisme raciste !" Camille militante DPDR répond aux attaques contre Anasse Kazib

Suite à sa participation à la marche du 20 novembre contre les violences sexistes, Anasse Kazib a encore été la cible d’attaques racistes de la part de l’extrême-droite et des fémonationalistes. "Votre féminisme raciste, transphobe et nationaliste on n'en veut pas", répond Camille, militante au collectif du Pain et des Roses.

mardi 23 novembre

Au cours de la manifestation féministe de NousToutes ce samedi 20 novembre qui a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes, Anasse Kazib a brièvement pris le mégaphone devant le cortège du collectif Du Pain et Des Roses pour exprimer son soutien aux femmes en lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

Il n’en a pas fallu plus pour attirer les réactionnaires de tous bords. Emmanuelle Ducros, une journaliste de L’Opinion a repris une fake new de l’extrême droite selon laquelle Anasse Kazib aurait refusé de serrer la main des femmes (tel un islamiste) ; le collectif identitaire Némésis a également relayé la fake news ; Marguerite Stern, co-initiatrice des collages féministes désormais principalement connue pour sa haine contre les personnes trans, l’a accusé de confisquer la parole des femmes pour avoir pris la parole ; et toutes ont laissé entendre qu’Anasse n’aurait pas pu prendre la parole si il avait été blanc. Accusant d’un même coup les féministes d’être complaisantes avec le machisme supposé plus marqué des hommes racisés.

« Elles ont été très rapides à dénoncer la venue de Anasse Kazib à cette manifestation, mais on les a pas beaucoup entendu sur la véritable violence qui s’est déroulée pendant cette manif »

Face à ces nouvelles attaques racistes, qui font déjà suite au hashtag de l’extrême droite #AnasseKazibRemigration après le meeting de lancement de la campagne d’Anasse, notre camarade Camille, militante du collectif Du Pain et Des Roses a publié une vidéo sur Twitter hier mettant les « féministes » réactionnaires face à leurs contradictions. Elle relève notamment qu’elles se sont bien plus étendues sur la présence d’Anasse devant un cortège féministe que sur l’attaque de la manifestation par des groupuscules d’extrême droite comme la Cocarde Etudiante, l’Action Française ou encore les Zouaves Paris qui ont organisé une action violente à laquelle a d’ailleurs participé le collectif Némésis.

Cette vidéo, qui totalise à l’heure où nous écrivons cet article plus de 35000 vues, est devenue virale sur Twitter, et a été la cible de centaines de militants et militantes d’extrême droite tenant des propos racistes assimilant Anasse Kazib à un islamiste ou l’accusant de machisme par sa seule participation à un cortège féministe, ou encore des propos misogynes et lesbophobes visant notre camarade Camille, révélant par-là que le féminisme n’est pas leur première préoccupation dans cette affaire.

« L’alliance entre les TERFs et l’extrême-droite est pas nouvelle. [...] La vraie violence pour elles, c’est le soutien d’un militant maghrébin aux luttes féministes, c’est un militant révolutionnaire qui se présente à la présidentielle avec un programme de lutte pour les exploités, pour les opprimés, qui porte en son coeur la lutte contre le patriarcat. »

Ce qui fait peur en réalité à ces réactionnaires, c’est l’expression d’un féminisme radicalement anti-capitaliste, anti-carcéral et anti-raciste en lien avec le mouvement ouvrier. De même que les paniques morales autour du « wokisme » organisées par les politiques bourgeois, les attaques de l’extrême droite et de leurs alliées fémonationalistes contre Anasse Kazib et le cortège de NousToutes révèlent la portée subversive de la mobilisation de samedi dernier. Plusieurs dizaine de milliers de jeunes dans la rue ont marché contre les violences patriarcales mais aussi contre l’exploitation et les différentes formes d’oppressions. Autant de combat que portent le collectif Du Pain et des Roses et Révolution Permanente dans la campagne présidentielle avec la candidature d’Anasse Kazib.

« Pendant qu’elles sont occupées à manger dans la main de l’extrême-droite, à jouer les cautions de la politique sécuritaire, raciste et islamophobe du gouvernement Macron, moi je suis extrêmement fière d’avoir participé à ce cortège. »

Comme le rappelle notre camarade Petra dans une autre vidéo de soutien à Anasse en citant Clara Zetkin, féministe révolutionnaire du début du XXe siècle : « l’émancipation de la prolétaire ne saurait être l’œuvre des femmes de toutes les classes, elle sera uniquement l’œuvre de l’ensemble du prolétariat sans distinction de sexe ».

La candidature d’Anasse cherche à incarner cette radicalité qui s’exprime dans la jeunesse et les mouvements sociaux des dernières années, avec un programme anticapitaliste, féministe, antiraciste, anti-impérialiste et pour les droits des personnes LGBTI+ disponible ici en format PDF.

Pour aider à porter la candidature d’Anasse Kazib, vous pouvez rejoindre dès maintenant les comités de campagne et le serveur Discord de la campagne !




Mots-clés

#Anasse2022   /    violences sexistes   /    Anasse Kazib   /    Racisme   /    Du Pain et des Roses   /    Du Pain et des Roses