^

Notre classe

Photoreportage

[PHOTOS] Grève d’Onet. Fête, repas et film pour l’anniversaire d’une victoire

Ce samedi les ex-grévistes d’Onet ont fêté leur victoire contre ce géant de la de la propreté sous-traitée. Un repas et la projection du film « Les petites mains invisibles » réalisé par Révolution Permanente.

lundi 24 décembre 2018

Un an après leur victoire contre leur employeur, Onet, et ses complices d’exploitation, la SNCF, les salariés d’Onet ont fêté l’anniversaire de leur victoire éclatante. Avec un beau repas, avec des plats divers, tout au long de l’après-midi les ex-grévistes se sont rencontrés, discuté, rigolé, se sont rappelés de leur grève.

L’évènement était aussi l’occasion de visionner la première projection du film « Les petites mains invisibles » réalisé par Révolution Permanente sur les 45 jours de grève et cette lutte exemplaire. Dans une ambiance émotive, festive et combattive à la fois, les (ex) grévistes d’Onet et leurs familles ont pu revivre ces images de lutte qui ont fait plier le géant du nettoyage et son partenaire, la SNCF.

Les grévistes interagissaient avec le film. Des rigolades, des applaudissements, des « bravo ! », quelques moqueries, et surtout beaucoup d’émotions. C’était une ambiance théâtrale ; mais de ces spectacles où le public échange avec les comédiens ; un spectacle sportif presque.

Comme on a pu le voir dans le film, la grève d’Onet n’a pas été une grève de plus, elle a été la lutte de ces hommes et surtout de ces femmes surexploités, « invisibles », qui ont décidé de se battre et faire entendre bien haut leur revendications. Et comment ! Des immigrés, parfois s’exprimant avec des difficultés en français, subissant les différentes oppressions : de genre, de race, de classe…

En regardant rétrospectivement on pourrait presque remarquer l’actualité éclatante de la grève d’Onet ; en regardant les images d’il y a un an on les voit parfois avec des gilets jaunes et on a l’impression que ce sont des images d’hier. En effet, l’impertinence, l’esprit de rébellion de ceux et celles d’en bas, contre les injustices intenables et insupportables font écho à l’actuelle révolte des Gilets Jaunes.

Comme le mouvement actuel des Gilets Jaunes qui ne se résume nullement à une contestation de certaines taxes injustes, la grève des salariés d’Onet ne se résumait pas non plus à des revendications partielles sur les conditions de travail. C’était un mouvement profond répondant à un malaise profond. Et leur victoire a été d’autant importante.

Nous rappeler de cet esprit combattif, impertinent, courageux, héroïque ne peut donc que nous renforcer. C’était aussi le sens de cette petite célébration d’une lutte énorme.

Pour voir l’ensemble des photos de l’album cliquez ici. Vous pouvez suivre O Phil des Contrastes sur Facebook aussi.




Mots-clés

Onet   /    Grève   /    Photoreportage   /    SNCF   /    Notre classe