^

Politique

Gilets Jaunes Acte IX

[PHOTOS] On va te chercher chez-toi

« On va tout casser chez-toi », « Libérez Christophe ! », des huées pour la police. Qui a dit que le mouvement des Gilets Jaunes faiblissait ? Des milliers de manifestants à Paris ont démontré que la contestation reste très forte.

lundi 14 janvier

« Macron démission ! ». Le mouvement des Gilets Jaunes est déjà devenu le « cauchemar réveillé » pour Emmanuel Macron et le gouvernement. Il n’y en a aucun doute. « Emmanuel Macron oh tête de con, on va tout casser chez-toi » est devenu une sorte d’hymne de la mobilisation. A Paris les manifestants le chantaient à plein poumons. Très significatif dans un contexte où la presse dominante s’acharne contre le Gilets Jaunes, pointe en permanence la « violence » du mouvement, déforme la réalité, provoque. « On va tout casser chez-toi » sonne comme une « provocation retournée », comme une expression de l’impertinence, de l’insolence à l’égard des puissants que l’’on voit au sein du mouvement depuis le début.

Mais s’il y a une chose qui n’était pas du tout présente au début du mouvement c’est la rupture d’une énorme partie des Gilets Jaunes avec la police. Au contraire. Beaucoup de Gilets Jaunes avaient une très bonne image des forces répressives. Mais à force de gaz ; à force de matraques ; à force de flash balls ; à force de mains arrachées, d’yeux et joues arrachés, de dents tombées, de violence gratuite, d’humiliations… le divorce est consommé pour beaucoup.

Et c’est cela que l’on a vu à Paris : à peine le bleu prison, le bleu répression, assommait, les huées fusaient de partout. Ce n’est pas l’expression de « la haine anti-flics » du milieu militant d’extrême-gauche traditionnel, mais l’expression sincère de l’indignation populaire contre la répression, la violence et l’arbitraire policier.

Les Champs-Elysées étaient à nouveau bouclés empêchant les manifestants d’aller crier « sous les fenêtres du palais de l’Elysée » à Macron leurs vérités. Cependant, il est évident que Macron ne dort pas sur ses deux oreilles.

Pour voir l’ensemble des photos de l’album cliquez ici. Vous pouvez également suivre O Phil des Contrastes sur Facebook.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Photoreportage   /    Emmanuel Macron   /    Politique