^

Notre classe

Sanction-répression

PSA. A Poissy, une paire de gants dans son sac, ça peut conduire au licenciement

Jean-Patrick Clech Alexandre Bertin travaille à l’emboutissage sur le site PSA de Poissy, dans les Yvelines. Mardi 9 juin, à 12h15, il est convoqué par la direction pour sanction. L’entretien pourrait conduire à un licenciement pour faute grave. Ce qu’on lui reproche ? Alexandre a été contrôlé par les matons qui fliquent les entrées et les sorties des salariés avec une paire de gants de travail usagé au fond de son sac-à-dos. Pour les représentants sur place de Robert Peugeot et de sa famille, 31ème fortune de France, il n’y a aucun doute : c’est du vol !

vendredi 5 juin 2015

Les collègues d’Alexandre ont immédiatement réagi face à cette mesure arbitraire, en rétablissant, tout d’abord, quelques vérités. Alexandre n’est ni le premier, ni le dernier à oublier une vulgaire paire de gants au fond de son sac, avant de sortir. Mais surtout, en raison des problèmes d’approvisionnement en matériels de sécurité sur les chaînes, il est d’usage, à l’emboutissage notamment, que les ouvriers gardent une paire de réserve, au cas où.

Mais à Poissy, où la direction est sur une ligne dure, une broutille peut conduire à la plus grave des sanctions. Côté travailleurs, une pétition a été immédiatement lancée, et elle a été signée, sur deux équipes, par l’immense majorité des salariés, qui se sont solidarisés de leur collègue. Des signatures commencent par ailleurs à être récoltées du côté du ferrage, et nombreux sont les ouvriers d’autres secteurs qui, une fois mis au courant des faits, trouvent absolument scandaleux la décision de la direction.

C’est la raison pour laquelle la CGT appelle l’ensemble des organisations syndicales et des salariés, syndiqués et non-syndiqués, à un rassemblement large de soutien à Alexandre, sur le site de Poissy, au bâtiment C4, mardi à 12h15, pour bien faire comprendre à la direction que la sanction ne passera pas !

05/06/15




Mots-clés

Automobile   /    Notre classe