^

Culture et Sport

Football

PSG – Istanbul : Les deux équipes arrêtent le match suite à des insultes racistes de la part d’un arbitre

Ce soir le match entre les deux équipes à été arrêté suite aux insultes racistes proférées par le quatrième arbitre à l'égard d'un des membres du staff stambouliote. Des insultes inacceptables sur un terrain de football qui sont le reflet du racisme structurel dans la société.

mercredi 9 décembre 2020

Le match de ligue des champion opposant le PSG à Istanbul à été arrêté à la 23ème minute, après que des insultes racistes aient été proférées par un des arbitres à l’égard d’un des membres du staff de l’équipe stambouliote.
Suite à un carton jaune dont a écopé l’arrière droit stambouliote, Raphaël, l’entraîneur a contester la décision de l’arbitre et écope lui aussi d’un carton jaune. C’est à ce moment que son adjoint, Achille Webo, a interpelé le quatrième arbitre : « why did you say negro ? »
Alors que les joueurs et autres membres du staff lui demandent des explications, le quatrième arbitre récidive en désigant Achille Webo : « Le noir là-bas. Allez vérifier qui il est. Le noir là-bas. Ce n’est pas possible de se comporter comme ça. »
L’attaquant de l’Istanbul Başakşehir répond alors : « Pourquoi vous précisez qu’il est noir alors que s’il avait été blanc vous ne l’auriez pas fait ? » Avant de demander à ses coéquipier de quitter le terrain.
Les joueurs parisiens feront de même. Et alors que le match devait reprendre à 22h, l’ensemble des joueurs et du staff refusent. Le match sera finalement reporté au lendemain.

On constate ainsi que le racisme s’étend jusque dans le sport de haut niveau, en l’occurrence ici, sur les terrains de football. Un racisme qui est loin de s’arrêter à la sortie de la pelouse et des tribunes, comme l’a montré les violences policières racistes subies par Michel Zecler.

Kimpembe et Mbappé ont apporté leur soutien à l’entraîneur turc. Des prises de positions qui rappellent celle des joueurs de l’équipe de France de football en soutien à Michel Zecler, ou encore celle des joueurs de NBA qui s’étaient mis en grève après le meurtre de George Floyd.




Mots-clés

Racisme   /    football   /    Culture et Sport